Logo Essentiel Santé Magazine
Les Incroyables Comestibles font germer une autre société

Les Incroyables Comestibles font germer une autre société

Faire de la ville un grand jardin en libre-cueillette en mettant à disposition des fruits et légumes cultivés collectivement par les habitants : tel le principe de ce mouvement solidaire et citoyen. Née en Angleterre en 2008, l’initiative a essaimé partout en France. Et ses effets se font sentir bien au-delà des limites du potager…

Le rendez-vous est immuable. D’ailleurs, même la pluie ne les arrête pas. Un soir par semaine, une dizaine de Messins se retrouvent aux jardins Jean-Marie Pelt pour cultiver tomates, courgettes ou pommes de terre et partager, dans la foulée, un dîner. Les participants – qu’ils soient étudiants ou retraités, chômeurs ou salariés, jardiniers expérimentés ou novices complets – plantent, arrosent et entretiennent bénévolement ces plates-bandes collectives. Cette communauté hétéroclite, c’est celle des Incroyables Comestibles. Derrière ce titre énigmatique se cache un mouvement solidaire et citoyen dont le principe est de mettre à disposition gratuitement, pour tous, des fruits et légumes cultivés par les habitants. Le panneau, installé à l’entrée du potager, est sans équivoque : «Nourriture à partager».

Aujourd’hui, à Metz, 25 de ces jardins en libre-cueillette, qui sont de toutes tailles et de toutes natures (un bac devant un portail, un espace sur le campus de l’université…) émaillent le territoire. « Je ne vois pas pourquoi ça s’arrêterait, assure Olivier Rudez, l’un des premiers volontaires sur Metz. Les Incroyables Comestibles, c’est du concret, au cœur des villes ! Le mouvement renforce le lien social et intergénérationnel et porte des valeurs de partage, de gratuité, de coopération, loin de l’individualisme et du profit à tout prix. » De quoi séduire les adeptes d’une autre forme de société…

 

600 villes et villages séduits

À l’origine, cette initiative originale et altruiste revient à Mary et Pam, deux mères de famille de Todmorden, une ancienne cité industrielle située près de Manchester. En 2008, elles commencent par planter un pied de rhubarbe dans un parterre communal, puis Mary transforme son jardin en potager. Le but ? Redonner l’envie aux habitants de consommer des produits frais et locaux et offrir aux plus démunis la chance de mieux se nourrir. Le mouvement, baptisé « Incredible Edible », fait rapidement boule de neige.

Dans l’Hexagone, il voit le jour en Alsace en 2012 sous l’impulsion de deux amis, Jean-Michel Herbillon et François Rouillay. Six ans plus tard, il a essaimé dans 600 villes et villages. La France est même le pays où il est le plus implanté. « On a pressenti qu’il y avait là quelque chose de très puissant, se souvient Jean-Michel Herbillon. Avec les Incroyables Comestibles, on est dans la co-création joyeuse, sans objectif de résultat. Certes, nos productions sont globalement anecdotiques – ce ne sont pas nos plantations qui vont nourrir la ville – mais le but est de se réapproprier l’espace public, de faire réfléchir les gens à ce qu’ils mangent et de les reconnecter à la terre. »

 

Un mouvement « magique »

Salomé Grasset le reconnaît volontiers : il y a quelques années encore, elle ne se posait « pas de questions » sur son alimentation. Et c’est en visionnant le film Demain, dans lequel le mouvement des Incroyables Comestibles est mis en avant, que cette assistante maternelle a eu un déclic. Séduite par la « simplicité » de la démarche, cette habitante de Pleurtuit (Ille-et-Vilaine) installe un premier bac devant chez elle, puis fait le tour de ses voisins : « Et si on faisait une rue comestible ? », leur suggère-t-elle. Le quartier adhère au projet, les entreprises locales, sollicitées par Salomé, offrent des matières premières (bois, ardoises, parpaings, etc.) et, en deux ans, la ville a été transformée : 27 potagers sont nés et toute une dynamique – événements culturels et festifs, projections de films engagés – a été enclenchée.

« C’est magique ce qui se passe avec ce mouvement », s’enthousiasme la jeune femme, qui a elle-même profondément changé sa façon de vivre. Elle privilégie les circuits courts, le bio et le vrac, limite au maximum les déchets et même « travaille moins ». « Planter quelques légumes, cela ne paraît pas grand-chose au départ, reconnaît Salomé. Mais ça rayonne tellement… »

 

Un outil d’éducation à l’écologie

Ce n’est pas Betty Iltis qui la contredira. Pour cette enseignante en Section d’enseignement général et professionnel adapté au collège d’Altkirch (Haut-Rhin), qui a initié la démarche en 2014 avec ses élèves, les bénéfices sont incontestables. Pour des jeunes « hors sol », qui peinent à distinguer un poireau d’un céleri, le jardin est déjà un formidable outil d’éducation à l’écologie. « Il permet d’évoquer des thématiques comme le développement durable et le gâchis alimentaire », détaille l’enseignante, qui a également vu ses élèves en grande difficulté gagner en confiance grâce au projet. « Nous avons fait des actions en maternelle et en primaire et ils ont pu apprendre aux plus petits… De quoi leur permettre de devenir acteurs de la cité », raconte la quadra, qui coordonne également le pôle « éducation » du mouvement et voit affluer les demandes d’enseignants.

« La solution viendra des jeunes générations, à nous de les accompagner pour qu’ils reprennent ce droit et cette liberté de produire », estime Betty, qui aime rappeler l’un des credo des Incroyables Comestibles : « Seul, on va plus vite. Mais ensemble, on va plus loin. »

 

Les Incroyables Comestibles, mode d’emploi

Vous êtes séduit par le principe des Incroyables Comestibles et vous souhaitez vous aussi jardiner pour la collectivité ? Commencez par vérifier, sur son site ou sur Facebook, si le mouvement n’est pas déjà implanté dans votre commune. Si rien n’a encore été fait, lancez-vous ! Pour cela, c’est très simple, une méthode en cinq étapes a été mise au point par le mouvement.

  1. Prenez-vous en photo, en famille ou entre amis, devant le panneau de votre ville.
  2. Partagez votre initiative sur Internet.
  3. Installez des premiers bacs devant chez vous.
  4. Organisez des actions collectives pour créer du lien et multiplier les créations de jardins.
  5. Sensibilisez la presse locale et les élus à la démarche.

Le site des Incroyables Comestibles propose même des planches informatives à télécharger et à installer devant vos plantations pour expliquer le concept. À vos marques, prêts ? Plantez !

  • Natacha Czerwinski
  • Crédit photo : DR Incroyables Comestibles

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Glossaire