Recosanté : des conseils pour maîtriser l’impact de l’environnement sur sa santé

mis en ligne le :

Recevoir chaque jour des informations sur la qualité de l’air, le risque pollinique ou encore l’indice UV. C’est ce que propose Recosanté, un service numérique gratuit développé par le ministère de la Santé et de la Prévention, et le ministère de la Transition écologique.

Recosanté

Les facteurs environnementaux sont responsables de près de 20 % de la mortalité en Europe, selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). L’environnement est un déterminant majeur de la santé. En mai 2021, les ministères des Solidarités et de la Santé et de la Transition écologique ont donc lancé le 4e plan national santé environnement (PNSE 4). Parmi les mesures de ce plan, un nouveau service numérique : Recosanté. Les citoyens peuvent consulter gratuitement les indicateurs environnementaux (qualité de l’air, pollens, indice UV…) dans leur commune et s’abonner pour les recevoir par mail ou par notifications.

capture d'écran reco santé

« On s’est rendu compte que les Français étaient de plus en plus préoccupés par l’impact que l’environnement peut avoir sur leur santé. Grâce à ce nouvel outil numérique, l’idée est de pouvoir les aider à adapter leur comportement pour se protéger, entre autres, des impacts de l’environnement sur leur santé », explique Pierre Rousseau, chargé du déploiement de Recosanté.

Comment s’abonner à Recosanté ?

L’inscription à Recosanté est simple, elle se fait sur https://recosante.beta.gouv.fr/. L’utilisateur renseigne sa ville et son adresse mail et choisit les indicateurs et la fréquence de réception. Il peut aussi personnaliser son profil en renseignant ses modes de déplacement, s’il a des enfants, des animaux de compagnie, s’il jardine, s’il bricole… Aucune information médicale ne lui est demandée. Ensuite, il reçoit les indicateurs environnement et des recommandations de comportement pour se protéger.

« L’objectif est de sensibiliser les gens et leur faire comprendre que même si l’environnement est mauvais, ils ne sont pas obligés de rester cloîtrer chez eux et de s’arrêter de vivre. Ce n’est pas une fatalité. Il existe des choses pour adapter son quotidien et protéger sa santé. Par exemple, quand la qualité de l’air est mauvaise, il est possible de faire du vélo mais en évitant les heures de pointe et les grands axes routiers. », précise Pierre Rousseau.

Ce service s’adresse à tous, aussi bien à ceux souffrant d’allergie ou ayant une pathologie respiratoire qu’aux citoyens souhaitant avoir des conseils pour se protéger des impacts de l’environnement sur leur santé.

capture d'écran recosanté 2

Un service qui évolue en continu

Des recommandations sur la pollution domestique sont également proposées : aération, usage de certains produits ménagers, parfums… « L’air intérieur est 5 à 7 fois plus pollué que l’air extérieur et on passe 80 % de notre temps à l’intérieur », rappelle Pierre Rousseau.

Pour améliorer encore le service, les utilisateurs sont régulièrement questionnés afin de connaître leurs souhaits et leurs besoins. Ainsi, de nouvelles données ont été ajoutées à Recosanté comme l’indice UV, la vigilance météo, le risque potentiel au radon (gaz radioactif d’origine naturelle), la qualité des eaux de baignade. « Nous souhaitons vraiment proposer un service au plus proche des utilisateurs », conclut Pierre Rousseau.

  • Crédit photo : Getty Images
Auteur article
Cécile Fratellini

rédactrice en chef adjointe d’Essentiel Santé Magazine, spécialisée dans les sujets relatifs à la santé (handicap, prévention, maladies…)

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.