Des initiatives « zébrées » pour plus de solidarité

Lancé par l’écrivain Alexandre Jardin, le mouvement « Bleu Blanc Zèbre » recense une centaine d’initiatives citoyennes. Focus sur trois d’entre elles.

Des initiatives « zébrées » pour plus de solidarité

Un micro-don pour soutenir de grandes causes

D’un côté, des associations qui ont besoin de trouver de nouvelles ressources. De l’autre, des citoyens en mal de générosité qui peuvent donner moins mais plus souvent. Une entreprise sociale et solidaire a développé, en France, le concept du micro-don. L’intérêt : pouvoir offrir quelques centimes sur nos tickets de caisse au profit d’associations (comme la Croix-Rouge, le Secours Populaire ou l’Association des Paralysés de France par exemple). Un geste solidaire d’autant plus facile à faire qu’il s’intègre dans notre vie quotidienne et ne demande pas beaucoup d’efforts.

L’entreprise MicroDON a déjà convaincu plusieurs chaînes de magasins de proposer à leurs clients, au moment de payer, d’arrondir le montant de leurs achats à l’euro supérieur. Les centimes ainsi récoltés sont ensuite reversés à des associations caritatives pour financer leurs actions de solidarité. Un « arrondi » qui peut aussi s’appliquer aux fiches de paie, aux comptes bancaires ou encore aux achats en ligne.

 

Avoir un compte, même quand on est exclu du système bancaire

Difficile de percevoir son salaire, de payer son loyer ou encore sa facture d’électricité quand on n’a pas de compte en banque ni de relevé d’identité bancaire (RIB). Pour résoudre ce problème, des entrepreneurs ont créé le compte Nickel (accessible à tous, sans conditions de revenus ni dépôt minimum), que l’on peut ouvrir en quelques minutes chez le buraliste.

Une solution concrète pour les personnes interdites bancaires, en situation de surendettement ou de précarité. Pour 20 euros par an, elles peuvent disposer d’un compte en banque, d’une carte de paiement et d’un RIB. Les virements sont gratuits, mais les retraits et dépôts d’argent peuvent entraîner des frais supplémentaires. Aucun chéquier n’est délivré et aucun découvert autorisé. Un moyen pour les personnes en difficultés de réapprendre à maîtriser leur budget.

Depuis son lancement en février 2014, environ 100 000 comptes Nickel ont déjà été ouverts et plus de 700 buralistes proposent désormais ce service dans toute la France (voir la carte).

 

Quand les têtes grises racontent des histoires aux têtes blondes

Alexandre Jardin est lui-même un « Zèbre » (lire son entretien). Avant de créer le mouvement « Bleu Blanc Zèbre », l’écrivain était déjà à l’origine de Lire et faire lire. Née en 1999, l’association compte aujourd’hui 16 000 bénévoles, présents un peu partout en France, qui vont faire la lecture chaque semaine à 400 000 enfants dans les écoles, les centres de loisirs, les crèches, les bibliothèques… Leur particularité : ces « passeurs d’histoires » sont tous âgés de plus de 50 ans, retraités pour la plupart. Car l’association poursuit en réalité plusieurs buts.

En plus d’essayer de stimuler le goût de la lecture chez les plus jeunes (et ainsi de lutter contre l’illettrisme), elle cherche à tisser des liens entre les générations. Et permet aux plus âgés de sortir de l’isolement dans lequel ils se trouvent parfois. Avec un seul mot d’ordre : le plaisir partagé.

 

Pour en savoir plus

  • Angélique Pineau
  • Crédit photo : Lire et faire lire

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.