Où donner ses livres et comment faire ?

mis en ligne le :

Votre bibliothèque déborde et vous souhaitez faire du tri dans vos livres ? Surtout, ne les mettez pas à la poubelle ! Il existe plusieurs moyens de leur offrir une seconde vie. Essentiel Santé Magazine fait le tour des solutions possibles.

Dons de livres

Il y a ceux que vous avez en double, ceux que vous avez lus et relus ou encore ceux qui ne vous ont jamais plu. Vous avez sans doute chez vous des livres qui vous encombrent. Sachez qu’ils peuvent faire le bonheur d’autres lecteurs !

Que ce soit par l’intermédiaire d’une bibliothèque de quartier ou celle d’une maison de retraite, d’une association, d’un site Internet ou d’une boîte à livres, il est en effet possible d’offrir une seconde jeunesse à vos ouvrages d’occasion.

Donner ses livres à des bibliothèques municipales

Si vous êtes un amoureux des livres, vous fréquentez sans doute avec assiduité votre bibliothèque de quartier, à qui vous pouvez proposer les ouvrages (en bon état) dont vous voulez vous séparer. Il vous sera sans doute demandé de dresser une liste détaillée (titre, auteur, année d’édition) des ouvrages que vous pensez léguer, voire de remplir un formulaire. Contactez votre bibliothèque pour connaître précisément les conditions de récupération.

Attention, toutes les bibliothèques municipales n’acceptent pas les dons. Celles de la Ville de Paris, par exemple, ne prennent pas les livres de particuliers. En revanche, dans les petites communes, dont les budgets municipaux sont souvent serrés, les dons d’ouvrages peuvent être appréciés.

Dons des livres
Pour donner ses vieux livres, il peut être intéressant de contacter la bibliothèque municipale près de chez soi. Crédit photo : Getty Images.

Les associations caritatives

Des associations d’entraide « classiques » comme Emmaüs, le Secours populaire, la Croix-Rouge ou Amnesty International, acceptent volontiers les dons de livres. Rapprochez-vous pour cela de l’antenne la plus proche de chez vous. Mais d’autres structures associatives se sont spécialisées dans la récupération d’ouvrages.

Ainsi, depuis 2007, l’ONG Bibliothèques Sans Frontières (BSF) collecte des livres auprès d’institutions, d’éditeurs et de particuliers afin d’aider les populations vulnérables à accéder à l’éducation, à la culture et à l’information, en France et à l’étranger. Triés et référencés, les livres (qui doivent être en bon état) sont mis à disposition des bibliothèques et associations partenaires (BSF est déjà intervenue dans plus de 50 pays). Lorsqu’ils ne peuvent être intégrés au catalogue en ligne, les ouvrages sont revendus pour financer d’autres projets (construction de bibliothèques, formation aux métiers du livre…). Retrouvez ici les consignes de don en fonction de votre lieu d’habitation.

Il y a aussi, localement, de nombreux organismes à qui vous pouvez proposer vos livres. Ainsi, Adiflor (Association pour la diffusion internationale francophone de livres, ouvrages et revues), présente à Paris et dans la Marne, accepte tous types d’ouvrages (même les manuels scolaires et encyclopédies), à condition qu’ils soient en bon état et récents (moins de dix ans). Un échange (par mail ou téléphone) est toutefois nécessaire en amont avec la structure pour savoir quels sont leurs besoins du moment.

Vos ouvrages trouveront également preneurs auprès du Bouquin volant ou de La recyclerie des livres (en Île-de-France), de Livres sans frontières (en Normandie), du fonds Decitre (à Lyon), de Chapitre 2 (dans le Loiret) ou de Book Hémisphères (en Bretagne) par exemple. À noter que ces trois dernières, en plus de récupérer les ouvrages, mettent également en place des actions autour de la lecture auprès de publics éloignés du livre.

Proposer ses livres à des sites Internet

Créée en 2008, la société RecycLivre propose un service de récupération de livres d’occasion et leur donne une deuxième vie en les revendant à moindre coût sur Internet. Dans les villes où elle dispose d’une antenne (Paris, Lyon, Nantes, Lille, Bordeaux, Strasbourg, Toulouse, Madrid), RecycLivre peut venir chercher gratuitement les ouvrages à votre domicile (un nombre minimum est requis, variable en fonction des villes : 100 à Paris et proche banlieue, 50 à Toulouse ou à Lille). Ailleurs en France, la société dispose d’un réseau de partenaires (ressourceries, associations) où vous pouvez déposer vos ouvrages. « Nous avons un formulaire sur le site et, en fonction de votre code postal et du nombre de livres que vous avez à proposer, nous vous dirigerons vers une ou plusieurs solutions », précise David Lorrain, fondateur de cette entreprise sociale et solidaire, qui reverse 1 % de son chiffre d’affaires à des associations environnementales et aide des organismes culturels comme Lire et faire lire.

Pour que vos ouvrages déjà lus profitent à d’autres, pensez aussi aux sites Donnons et Geev, qui sont des plateformes de dons entre particuliers. La démarche est simple : après avoir créé un compte, vous pourrez publier vos annonces (photos à l’appui) et les personnes intéressées vous contacteront pour récupérer les livres que vous voulez céder.

Les boîtes à livres

Mini-bibliothèques de rue où chacun peut déposer et prendre des ouvrages, les boîtes à livres ont essaimé depuis une dizaine d’années en France. Installées à l’initiative de collectivités territoriales ou d’associations de quartier, elles ont fleuri dans les rues, les parcs, les halls de gare ou à proximité des écoles. Un annuaire collaboratif, créé par RecycLivre, en recense près de 8 000. Et vous devriez facilement en trouver une près de chez vous.

Si vous souhaitez contribuer au développement de ces outils d’échanges et d’accès à la culture, vous pouvez vous aussi lancer un projet d’installation d’une boîte à livres. Si c’est dans l’espace public, vous devrez obtenir une autorisation de la municipalité. Si c’est dans votre immeuble plutôt, alors il faudra l’accord du syndic de copropriété. Évitez toutefois de vous engager seul dans cette démarche. « Pour fonctionner correctement, une boîte à livres doit être suivie très régulièrement. Mieux vaut donc en créer une avec ses voisins, sa famille, ses amis ou dans le cadre d’un collectif », prévient Jean-Pierre Letondu, de l’association Les livres des rues.

À noter que RecycLivre propose un accompagnement dans la mise en place de ces bibliothèques participatives (conseils sur le choix de l’emplacement et la sensibilisation des habitants, alimentation par un premier stock de livres…) Les boîtes elles-mêmes, produites en France et conçues pour résister aux intempéries, sont vendues 1 040 euros HT l’unité. Les boîtes à lire de RecycLivre sont fabriquées dans des ateliers et chantiers d’insertion par des personnes en situation de handicap ou éloignées de l’emploi.

Boîtes à livres
Il existerait près de 8000 boîtes à livres en France. Crédit photo : Getty Images.

Le « bookcrossing »

Sur le même principe que les boîtes à livres, le bookcrossing consiste à laisser des livres « dans la nature » : sur un banc, une table de café, un fauteuil d’aéroport… Le but : qu’ils circulent et changent de mains de manière aléatoire.

Il est même possible d’enregistrer et d’étiqueter son livre afin de suivre son parcours.

Donner ses livres aux hôpitaux, aux maisons de retraite, aux prisons…

Qu’elles accueillent des personnes malades, âgées ou incarcérées, certaines institutions peuvent être intéressées par des livres d’occasion afin d’alimenter leurs propres bibliothèques.

Pour faire un don à un hôpital ou à une maison de retraite, vous pouvez contacter l’établissement le plus proche de chez vous. Il vous indiquera ses besoins éventuels (romans, livres jeunesse, ouvrages en gros caractères…) ainsi que la procédure à suivre.

Si vous souhaitez que vos livres bénéficient à des personnes détenues, vous pouvez vous tourner vers l’association Lire C’est Vivre, qui gère les dix bibliothèques de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis et celle du centre de semi-liberté de Corbeil-Essonnes. Les dons de particuliers sont acceptés sur liste et dans des domaines spécifiques : livres en langues étrangères (russe, arabe, roumain…), ouvrages documentaires récents et bandes dessinées et mangas. N’hésitez pas à contacter l’association (par mail ou téléphone) pour en savoir plus.

  • Crédit photo : Getty Images
Auteur article
Natacha Czerwinski

journaliste spécialisée dans les sujets de société (éducation, famille, environnement, initiatives positives...)

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.