La solidarité 2.0

La solidarité fait sa révolution numérique. Elle se réinvente grâce aux nouvelles technologies. Et n’est désormais plus qu’à portée de clics. Exemples d’initiatives.

La solidarité fait sa révolution numérique

Avec Lilo, donner de l’argent en surfant

Vous avez envie de donner, mais vous n’avez pas les moyens de le faire ? Qui vous parle de payer ? Vous pouvez tout simplement changer de moteur de recherche sur votre ordinateur. Car vous ne le savez peut-être pas mais vos requêtes sur la toile valent de l’or. Grâce aux liens commerciaux, elles génèrent des revenus publicitaires à l’entreprise qui gère le moteur dont vous vous servez.

Marc Haussaire et Clément Le Bras, deux jeunes ingénieurs attirés par l’entreprenariat social, ont donc inventé un moteur de recherche solidaire, lancé début 2015. Son nom : Lilo, qui signifie « celui qui est généreux » en hawaïen.

Le principe : vous pouvez utiliser gratuitement Lilo pour vos recherches quotidiennes comme n’importe quel autre moteur. La différence : à chaque requête, vous accumulez des « gouttes d’eau ». De l’argent virtuel que vous pouvez ensuite attribuer à des projets sociaux ou environnementaux de votre choix parmi une sélection. Par exemple : réaliser les rêves d’enfants malades, plantes des arbres, développer l’énergie solidaire dans un pays en développement, distribuer des repas aux plus démunis…

 

À lire aussi : Quèsaco « la finance solidaire » ?

Une autre façon d’épargner qui séduit les Français.

À travers cette alternative solidaire aux géants du Web, les créateurs de Lilo ont plusieurs ambitions.

« On propose une solution à ceux qui souhaitent apporter leur « goutte d’eau » et qui veulent une consommation plus responsable. L’idée, c’est de rendre le pouvoir aux internautes et de donner du sens à leurs recherches. L’occasion aussi de mettre en lumière des initiatives positives, mais pas toujours connues du grand public. »

Sans compter qu’en savoir plus sur ces projets vous donnera peut-être envie de les soutenir, disons de façon moins « virtuelle ».

Autre avantage de Lilo : il s’engage à respecter la vie privée de ses utilisateurs, en ne collectant pas leurs données personnelles et en désactivant le tracking publicitaire.

« Par ailleurs, 5 % des revenus de l’entreprise sont alloués à la compensation du carbone émis par les recherches sur Lilo. Un programme mené en partenariat avec la fondation GoodPlanet de Yann Arthus-Bertrand. »

Aujourd’hui, ce moteur de recherche solidaire est utilisé par près de 680 000 personnes en France. Ils y effectuent environ 30 millions de recherches chaque mois. Ce qui représente entre 1 et 2 % du marché. Et depuis sa création, les utilisateurs de Lilo ont permis de reverser plus de 380 000 euros à des projets sociaux ou environnementaux, grâce à leur seule navigation.

Avec Lilo, donner de l’argent en surfant
crédit photo : Erwan Floch

« Les nouvelles technologies peuvent être un outil puissant au service de la solidarité. Comme n’importe quel outil, c’est toujours ce que l’on en fait qui compte. Comme l’argent d’ailleurs. »
Marc Haussaire et Clément Le Bras, les « papas » de Lilo

 

Et si vous regardiez quelques publicités ?

Selon ce même principe du « don gratuit », la start-up française Goodeed propose de consacrer un peu de son temps à regarder des publicités pour des marques. Sur son site ou sur son application. En contrepartie, celles-ci versent de l’argent à des associations pour financer des projets liés à l’éducation, à l’environnement… Encore un moyen d’être généreux, sans dépenser un centime.

1234
  • Angélique Pineau
  • Crédit photo : pixelfit / Istockphotos

Un commentaire pour cet article

  1. Le 6ème coquillage

    Je n’ai pas essayé Lilo mais cela a l’air génial.
    Cependant j’ai testé Goodeed : c’est vraiment top et super simple, ça ne prend quasiment pas de temps et on peut aider même sans avoir d’argent à donner. Je fais des dons tous les jours et je ne compte pas m’arrêter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.