Logo Essentiel Santé Magazine

[TRIBUNE] La solidarité ne doit pas reposer que sur les proches (association française des aidants)

Essentiel Santé Magazine a demandé à des personnalités engagées quel regard elles portaient sur la solidarité aujourd’hui. La réponse de Florence Leduc, présidente de l’association française des aidants.

[TRIBUNE] La solidarité ne doit pas reposer que sur les proches (association française des aidants)
Florence Leduc
Florence Leduc

La solidarité est un concept très ancien, il daterait du 15e siècle, et dans son évolution dans le temps, il a toujours conservé l’image de la solidité, de cette capacité de répondre de tout. C’est un lien qui lie les personnes par une action solidaire, une responsabilité qui pousse à se déclarer solidaire. Dans le temps, la solidarité devient l’expression d’un besoin de lien social, dans un contexte libéral, ceci entraînant pour la solidarité un visage noble, porté par des valeurs humanistes, jusqu’à inventer le solidarisme en doctrine qui fonde la morale politique et économique sur la solidarité !

Il n’y aurait qu’un pas à franchir pour transposer cette définition à ce qui se joue dans des espaces privés, loin de la scène sociale, phénomène invisible durant des décennies que l’on nomme aujourd’hui les proches aidants ou bien encore aidants familiaux. Cette invisibilité s’est imposée récemment au corps social, majoritairement composé des associations et groupes de protection sociale, et plus tardivement par les pouvoirs publics.

8,3 millions de proches aidants

Le constat de la longévité redistribue les cartes ! À tous les âges de la vie, du handicap à la dépendance, en passant par la maladie chronique ou chronique invalidante, il y a de plus en plus de personnes en situation de besoin d’aide, et par conséquent de plus en plus de proches faisant jouer le lien de solidarité, sans même mesurer ce que cette action solidaire entraînerait pour le proche aidant.

Les chiffres sont là, mais ils mériteraient d’être mis à jour. Cependant, 8,3 millions de personnes sont dénombrées, parmi lesquelles 47 % sont en activité professionnelle, et beaucoup sont des femmes ! Même si on en parle peu, le travail des femmes met en lumière un besoin de solidarité intra familial ou amical qui a perdu sa ressource souvent nommée « naturelle » sauf à décider de s’arrêter de travailler pour s’occuper de son proche ou bien encore décider de faire des doubles ou triples journées entre activité professionnelle, aidance et vie familiale.

Pendant le même temps, les modes de vie ont beaucoup changé, l’internationalisation de l’économie éloigne les jeunes générations de l’ex-cocon familial, loin des villes et des campagnes…

De la solidarité familiale aux aidants professionnels

Pour autant, si noble soit elle, la déclaration de solidarité intra familiale est porteuse de conséquences pouvant être néfastes à la fois pour la personne malade et pour le proche aidant avec son lot d’épuisement, de problèmes de santé, de manque d’informations, de manque de temps pour soi ou de répit et de difficulté de mener de front et de concilier tous les domaines de la vie.

Dans ce contexte, il est donc intéressant de se questionner sur le terme de solidarité en cherchant à qui incombe cette responsabilité de fabriquer de l’aide pour l’autre ou pour les autres proches parents ou ami ; d’aucuns pensent que cette solidarité familiale est indispensable, mais ce qui est indispensable, c’est de confier des gestes et responsabilités aux intervenants professionnels dont c’est la compétence !

Nous ne devrions donc pas échapper au débat sur le curseur de la solidarité, celle qui incombe aux familles, à la sphère publique, sans oublier la protection sociale et le mutualisme.

Florence Leduc, présidente de l’association française des aidants

À lire aussi : Aidants : continuer à exister

Notre dossier sur les aidants familiaux.

L’association française des aidants

Créée en 2003, l’association française des aidants écoute et porte la parole de ceux qui accompagnent au quotidien un proche en situation de maladie ou de handicap, quel que soit son âge. L’association milite ainsi pour la reconnaissance du rôle et de la place des aidants dans la société. Présente sur le terrain, l’association anime notamment le réseau national des Cafés des Aidants®. Elle propose également des ateliers et des formations, à la fois pour les proches aidants et les professionnels.

  • Crédit photo : Getty - Photo portrait : Nathanaël Mergui

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Glossaire