Vis mon sport : Jean-Philippe Gatien s’essaie au tennis de table fauteuil

Après trois éditions à succès, le coup d’envoi de la quatrième saison de la web-série Vis mon sport est donné. Dans le premier épisode, Jean-Philippe Gatien s’essaie au tennis de table fauteuil aux côtés de Florian Merrien.

Vis mon sport : Jean-Philippe Gatien s’essaie au tennis de table fauteuil

9 : 30 – Insep. Le son des balles rebondissant sur les raquettes se fait entendre dans tout le gymnase, alors qu’une dizaine de sportifs de haut niveau s’entraînent au tennis de table. Mais plus loin, c’est un autre match qui se prépare. Florian Merrien, pongiste handisport français, s’échauffe sous le regard impressionné de Jean-Philippe Gatien, meilleur joueur français de tennis de table de tous les temps. Dans quelques instants, il se glissera dans la peau d’un athlète handisport et tentera de faire ses preuves au tennis de table fauteuil.

 

Changer le regard sur le handicap

Faire évoluer les mentalités sur le handicap dans le monde du sport et dans la société en général. C’est l’objectif de la web-série Vis mon sport, où des athlètes de haut niveau vont à la rencontre de champions handisport. C’est Philippe Croizon, sportif quadri-amputé qui a traversé la Manche puis relié les cinq continents à la nage, qui a lancé, avec le soutien d’Harmonie Mutuelle, cette web-série inédite en 2015. « Vis mon sport permet aux athlètes valides de mesurer la performance des athlètes handisports. Pour moi, Florian n’est pas une personne handicapée, mais une personne capable autrement. Il est capable de jouer au tennis de table comme tout le monde. Et c’est un compétiteur, il a été médaillé à plusieurs reprises », s’exclame Philippe Croizon. Vis mon sport, c’est aussi l’occasion de mettre en lumière les convergences de chaque pratique à travers des rencontres. Car, si ces deux univers partagent les mêmes valeurs et le goût du dépassement de soi, ils ne sont que rarement réunis.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Le match des Titans

C’est sous le regard des caméras que la rencontre s’amorce. Et le match s’annonce serré. Florian Merrien, 33 ans, pratique le tennis de table en fauteuil depuis ses 10 ans, suite à un virus à la moelle épinière qui le handicape à l’âge de 18 mois. Il ne détient pas moins de 7 médailles mondiales, dont une en or par équipe aux Jeux paralympiques de Pékin en 2008, une en bronze par équipe aux Jeux paralympiques de Londres en 2012 et une en bronze en simple aux Jeux paralympiques de Rio en 2016. « Je m’entraîne dans un club avec des valides. Et puis, je participe à quelques stages en équipe de France pour bosser plus spécifiquement sur le jeu fauteuil, sur des stratégies de jeu différentes », précise Florian.

Face à lui, Jean-Philippe Gatien qui cumule, lui aussi, un palmarès impressionnant : champion du monde simple Messieurs en 1993 à Göteborg, vice-champion olympique et médaillé de bronze en double aux Jeux olympiques de Sydney en 2000, et 13 fois champion de France. Rien de moins.

Philippe Croizon donne le coup de sifflet. C’est parti ! Au fil du match, l’ancien athlète de haut niveau manie le fauteuil et renvoie la balle avec de plus en plus d’aisance sous les conseils avisés du champion handisport. « C’est vrai qu’on se prête bien au jeu, et surtout quand on a un champion comme Florian en face de soi, qui est très pédagogique sur les spécificités du tennis de table handisport », explique Jean-Philippe.

 

Soutenir le handisport de haut niveau

Au terme d’une rencontre forte en rebondissements, les visages sont enjoués. « C’est que du bonheur, s’exclame Jean-Philippe. J’ai pris beaucoup de plaisir, je pense que ça s’est vu. » L’ambiance est à la rigolade, même si les deux champions n’ont pas perdu pour autant leur âme de compétiteur. « On voit qu’il a du métier et du jeu derrière lui, affirme Florian. Il a été un peu stressé au début, je pense. Il ne savait pas trop comment manier le fauteuil, et puis petit à petit, il s’est pris au jeu. Philou n’avait pas envie de perdre, donc il m’a mis un peu à mal (rire). »

Pour l’ancien champion de France, l’expérience a surtout été riche en enseignements. « J’ai suivi la carrière de Florian, et je mesure ce que ces athlètes vivent au quotidien pour arriver à rester au plus haut niveau dans une compétition internationale féroce. J’ai beaucoup de respect pour eux, affirme Jean-Philippe. Ce type de programme peut faire prendre conscience aux gens que les athlètes handisport sont des athlètes à part entière et qu’ils consacrent énormément de leur temps à l’entraînement. La fenêtre médiatique est de plus en plus forte, et il faut surfer là-dessus pour réveiller les esprits. »

Qui a gagné la partie ? Le premier épisode de Vis mon sport est en ligne. Rendez-vous le 17 mai pour le deuxième épisode qui met en lumière le blind tennis. Fabrice Santoro rencontre Ophélie Mauriès, jeune tenniswoman non voyante.

  • Cassandra Poirier
  • Crédit photo : Nicolas Gotz

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.