Logo Essentiel Santé Magazine

Claude Gruffat : « Y a-t-il un avenir sans bio ? »

Alimentation bio, avenir du bio… Claude Gruffat, fondateur et président de Biocoop, auteur de Les dessous de l’alimentation bio, répond à nos questions sur ces thèmes.

Claude Gruffat : « Y a-t-il un avenir sans bio ? »

Au-delà des labels, comment consommer bio ?

Claude Gruffat
photo : DR Biocoop

Claude Gruffat : Le choix de l’enseigne est déterminant. Dans les points de vente véritablement bio, les produits sont non seulement labellisés, mais issus d’une agriculture de proximité, à taille humaine, excluant le transport par avion, très émetteur de CO2. Ce sont aussi des produits respectant le rythme des saisons, assurant un salaire décent aux travailleurs agricoles. Le bio ne se décrète pas : il faut le temps de structurer des filières de production, avec une exigence sociale et environnementale à tous les niveaux.

 

 

À lire aussi : Labels bio : comment s’y retrouver ?

Tous les labels bio sont-ils dignes de confiance ? Comment se repérer dans le maquis des étiquettes.

 

Quelle est selon vous la différence essentielle entre un produit bio et non bio ?

C. G. : La plus évidente – et elle l’est aussi aux yeux des consommateurs –, c’est l’usage de pesticides en agriculture non bio. Un problème de santé publique largement sous-estimé. En effet, les contrôles sanitaires ne portent que sur le principe actif du pesticide, et non sur ses nombreuses mutations dans la nature (ses métabolites). Lors de l’autorisation de mise sur le marché, le fabricant doit normalement déposer la liste des métabolites associés à son produit. Or c’est rarement le cas. On ne peut donc pas trouver ce qu’on ne cherche pas.

 

À lire aussi : Témoignage de Valérie : « Je choisis les labels les plus exigeants »

 

Quel avenir pour le bio ?

C. G. : La question est plutôt : y a-t-il un avenir sans bio ? Effondrement de la fertilité des sols, de la biodiversité et des colonies d’abeilles, succession de scandales alimentaires… L’agriculture conventionnelle touche ses limites. Une récente étude scientifique* montre qu’une agriculture 100 % bio pourrait nourrir la planète, en 2050, à deux conditions : réduire le gaspillage alimentaire et limiter la consommation de produits d’origine animale.

* Strategies for feeding the world more sustainably with organic agriculture, novembre 2017

  • Paul Warguin
  • Crédit photo : Getty Images

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Glossaire