Enfants, ados : comment utiliser les réseaux sociaux sans danger ?

mis en ligne le :

Plus de la moitié des 10-14 ans Français ont au moins un compte sur un réseau social : une réalité qui peut effrayer certains parents. Conseils pour accompagner son enfant en toute sécurité.

Réseaux sociaux et ados

À partir de quel âge autoriser les réseaux sociaux à son enfant ?

L’inscription sur les réseaux sociaux prisés des plus jeunes (Snapchat, Tik Tok, Instagram…) est théoriquement interdite avant 13 ans. Néanmoins une grande partie des préados savent contourner cette règle sans problème. 65 % des 10-14 ans ont d’ailleurs un compte sur un réseau social, et 66 % regardent régulièrement seuls des vidéos en ligne sur des plateformes comme YouTube, selon un sondage Ipsos pour la Cnil.

« En général, les enfants ou préados font d’abord, et les parents découvrent ensuite puis tentent de poser des règles tant bien que mal », souligne Vanessa Lalo, psychologue spécialisée dans les usages du numérique. Alors, que faire ? « Interdire n’est jamais une bonne solution, poursuit-elle. C’est presque une manière de les pousser à se mettre en danger car ils trouveront toujours une solution pour se connecter – dans la cour, chez des copains… On ne protège pas les jeunes en les mettant dans une bulle ou en installant un contrôle parental qu’ils savent contourner. »

La psychologue conseille de discuter, dès la petite enfance, de notions comme le consentement, le droit à l’intimité et à l’image. « Tout commence dès que les parents postent des photos de leur enfant sur leurs propres comptes, sans parfois leur en parler. Après on s’étonne que quelques années plus tard, les jeunes se mettent en danger en faisant la même chose ! » Parler à son enfant des usages parentaux des réseaux sociaux, commenter avec lui les contenus postés, permet de le préparer à mieux les utiliser quelques années plus tard.

Le psychiatre Serge Tisseron, qui a imaginé les balises 3-6-9-12 pour servir de repères dans l’utilisation des écrans par les enfants, conseille aussi de commencer dès 6 ans, « à discuter de l’âge où l’enfant aura son premier téléphone mobile et de fixer des règles familiales respectées par tous, notamment pas pendant les repas et pas la nuit. »

Que risquent les enfants et ados sur les réseaux sociaux ?

Les risques encourus sont sensiblement les mêmes que pour les adultes : mauvaises rencontres, piratage, vols de données personnelles, atteintes à l’image privée avec des enfants qui se mettent en danger par des mises en scène érotisées sans en avoir conscience, dépenses avec la carte bleue des parents, cyberharcèlement… Vanessa Lalo insiste néanmoins pour dédramatiser : « Cela ne rend pas compte de la réalité, où beaucoup de jeunes ne se mettent pas en danger. »

Le tout est de faire de la prévention adaptée et d’en parler ensemble. « Jusqu’à peu, on avait tendance à penser que les réseaux ne faisaient pas partie de la « vie réelle », et on supposait que les enfants, parce qu’ils étaient nés avec ces usages numériques, ne couraient pas de risques. Les parents ont maintenant intégré que c’est la même chose que prévenir des autres dangers, comme ceux de la rue ». L’usage des réseaux sociaux ne doit donc pas être un tabou en famille.

Comment sensibiliser son enfant aux usages des réseaux sociaux ?

La solution passe par le dialogue et le partage. Vanessa Lalo fait remarquer qu’avec le confinement, les parents ont été beaucoup plus présents aux côtés de leurs enfants dans leur usage des réseaux sociaux. La psychologue conseille de créer les comptes de son enfant ou ado avec lui, pour regarder comment le réseau fonctionne et fixer des règles ensemble. « Il ne faut pas avoir peur de passer pour un idiot si vous ne connaissez que Facebook et Twitter et que votre enfant se passionne pour Snapchat et Tik Tok », rassure-t-elle. « Demandez-lui de vous montrer ! Et observez-le faire : sur quoi il clique, ses recherches, sa manière de contourner certains contenus qui les dérangeraient. Cela donne des indications sur les points qu’il maîtrise et ceux sur lesquels il pourrait se mettre en danger. On peut être agréablement surpris ! » Faire ensemble permet aussi de dédramatiser l’usage de ces réseaux et de constater que c’est aussi un moyen de poster des contenus créatifs et de maintenir le lien avec ses amis.

En parler sera l’occasion de faire passer quelques conseils de base pour éviter les risques :

  • N’accepter que des amis que l’on connaît « dans la vraie vie »,
  • Paramétrer son compte en « privé » afin que le contenu ne soit visible que de ses contacts,
  • Ne pas donner son adresse dans une conversation.

Les balises 3-6-9-12 recommandent aussi d’insister sur « les trois règles d’Internet : tout ce qu’on y met peut tomber dans le domaine public, tout ce qu’on y met restera éternellement, et il ne faut pas forcément croire tout ce que l’on y trouve ».

  • Crédit photo : Getty Images
Auteur article
Pauline Hervé

journaliste spécialisée dans les sujets relatifs à la santé (prévention, innovation et recherche, soins...)

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.