Mamhique, une solution de garde pour les parents en horaires atypiques

mis en ligne le :

Difficile de faire garder ses enfants quand on travaille en horaires décalés. C'est pourquoi Mamhique a été créé : un service qui fournit aux parents une solution sur-mesure, avec le soutien financier de leur employeur.

mamhique

Créé en 2004 par la Mutualité française des Côtes-d’Armor (désormais VYV3 Bretagne*), Mamhique aide les parents travaillant en horaires décalés à organiser une solution de garde sur-mesure pour leurs enfants, soutenue financièrement par leur employeur. Le principe ? Des assistantes maternelles ou des gardes à domicile interviennent sur les horaires non couverts par les structures classiques : tôt le matin, en soirée, la nuit, les week-ends, les jours fériés… L’employeur, lui, allège la facture pour ses salariés en délivrant des chèques emploi service. Le modèle a convaincu les caisses d’allocations familiales bretonnes, soutien financier depuis la première heure.
Depuis qu’elle a recours au service Mamhique (pour « Modes d’accueil mutualisés en horaires atypiques »), Amélie Barbedienne part travailler à l’hôpital « l’esprit tranquille ». Avec trois enfants (14, 11 et 5 ans), des horaires d’aide-soignante en gériatrie et un conjoint policier en poste à 500 kilomètres, l’organisation familiale a longtemps relevé du casse-tête. « Mon mari n’est présent que deux week-ends par mois, raconte la jeune femme. Alors pour garder mes enfants, j’ai beaucoup sollicité ma mère ou ma sœur. Elles m’ont toujours rendu service, mais elles ont leur vie, leur travail. » Désormais, cinq nuits par mois, une garde à domicile expérimentée veille sur le sommeil de ses enfants.

Un service complémentaire des modes d’accueil classiques

D’après une étude conduite en avril 2021 par la Fédération nationale de la Mutualité Française, le travail en horaires atypiques concerne 13 millions de Français. Parmi eux, 90 % éprouvent des difficultés à trouver un mode de garde pour leurs enfants, et 68 % jonglent entre 6 solutions différentes.

« Mamhique ne remplace pas les modes d’accueil existants, il les complète, explique Carmen Toudic, coordinatrice enfance à VYV3 Bretagne. Il ne s’agit pas de multiplier les dispositifs, mais bien de les articuler, pour la stabilité de la famille et la sécurité affective des enfants. » Particularité notable : la solution proposée par Mamhique prend en compte tous les membres d’une fratrie, jusqu’aux 12 ans révolus du plus jeune.

Mamhique : une solution de garde co-financée par l’employeur

Le fonctionnement repose sur l’engagement des employeurs (publics ou privés) générateurs d’horaires décalés : transport, agroalimentaire, industrie, santé, propreté… L’employeur – ou le Comité social et économique (CSE) de l’entreprise – signe d’abord une convention avec le service. Puis, pour chaque salarié bénéficiaire, il s’acquitte d’une cotisation annuelle de 1 400 euros, qui couvre l’accompagnement des familles par une conseillère Mamhique, et verse, en complément, des chèques emploi service (Cesu) destinés à réduire les frais qui incombent aux parents.

« Quand les parents peuvent compter sur une solution d’accueil stable, ils sont plus sereins au travail, observe Carmen Toudic. Il y a moins d’absentéisme, moins de turn-over… » En facilitant la conciliation vie professionnelle-vie familiale, l’employeur « participe aussi à la prévention des risques psycho-sociaux et fidélise ses équipes ». L’aide financière, enfin, constitue un coup de pouce très apprécié. D’autant que les intervenants bénéficient de valorisations salariales, en fonction des horaires effectués.

Des intervenants soigneusement sélectionnés

Chaque famille intéressée est reçue par une conseillère, qui évalue les besoins et précise le projet éducatif. Une chargée de recrutement transmet ensuite des candidatures pré-sélectionnées aux parents. « Nous ciblons deux profils : les assistantes maternelles agréées et les gardes à domicile, détaille Carmen Toudic. Nous vérifions les diplômes, les compétences, les expériences… » À domicile, sont privilégiés les étudiants des filières du soin ou de l’accompagnement, les salariés en recherche de complément d’emploi (Atsem, accompagnants d’élèves en situation de handicap…) ou les jeunes retraités. « Les besoins sont tels que nous recherchons constamment de nouveaux candidats », précise la coordinatrice.

Après une carrière d’aide-soignante, Mado Gac a été recrutée par Mamhique en 2019. Plus jeune, elle rêvait de devenir auxiliaire de puériculture. « Alors cette embauche, je l’ai vécue comme un cadeau », se souvient la sexagénaire. Elle est à présent « la vieille nounou » de Marie-Lou, 5 ans, et Adèle, 3 ans. Elle les récupère à la crèche et à l’école, les garde parfois le mercredi ou le samedi matin. Il lui arrive aussi d’être sollicitée en cas de grève à l’école ou à la cantine. « Il faut savoir se montrer souple », reconnaît-elle.

Un accompagnement constant par Mamhique

Auparavant, Mado Gac a travaillé un an auprès d’un petit garçon qui présentait des troubles du spectre autistique. « Je me suis beaucoup investie, mais c’était difficile. Je n’étais pas armée », retrace-t-elle. C’est grâce à l’accompagnement de la conseillère Mamhique qu’elle a pu mettre un terme à sa mission dans de bonnes conditions. « Je culpabilisais beaucoup. Elle m’a appuyée, et surtout je savais qu’elle prendrait le relais pour trouver une autre intervenante. »

Les parents ont le statut de particulier employeur. Mais qu’il s’agisse de rédiger les contrats, de déclarer les heures effectuées au service Pajemploi ou de calculer le montant des Cesu, le service reste toujours présent en soutien. « Notre rôle est aussi de fluidifier la relation, de répondre aux questions sur l’accueil de l’enfant, son développement ou d’accompagner l’évolution du projet de la famille », complète Carmen Toudic.

Un déploiement dans toute la France

Progressivement, Mamhique se déploie sur tout le territoire. Hors Bretagne, le service est déjà présent dans 13 départements (Seine-Maritime, Rhône, Pas-de-Calais, Vaucluse, départements d’Île-de-France…), où il accompagne 77 familles. La Gironde, les Bouches-du-Rhône ou le Nord seront couverts dès le mois de juin 2022. « Mamhique a vocation à se développer partout où les employeurs en ont envie », résume la coordinatrice. Ses meilleurs ambassadeurs ? Les parents utilisateurs. « C’est un tel soulagement, ça devrait exister partout !, affirme Amélie Barbedienne. D’ailleurs, dès que je peux, j’en parle à tout le monde autour de moi. »

* Le Groupe VYV  est le premier acteur mutualiste de santé et de protection sociale en France. Sa branche VYV3 chapeaute les services de soins et d’accompagnement. Ce qui représente 1 700 établissements et services dans 81 départements.

  • Clémence Dellangnol
  • Crédit photo : Getty Images

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.