Logo Essentiel Santé Magazine
Et si on mangeait en circuit court ?

Et si on mangeait en circuit court ?

Les Français sont de plus en plus nombreux à faire leurs achats alimentaires directement auprès de producteurs locaux (ou via un seul intermédiaire). C’est ce qu’on appelle des circuits courts. Explications.

Ici un drive fermier, là une AMAP*, un magasin de producteurs ou une cueillette à la ferme… Les circuits courts gagnent du terrain ces dernières années (les supermarchés eux-mêmes s’y mettent). Et ils s’étendent dorénavant sur tout le territoire.

« En 2013, ils représentaient 10 % des achats alimentaires des Français. On serait plutôt autour de 15 % aujourd’hui et on devrait atteindre 20 à 25 % d’ici à 2025, avec des différences toutefois selon les régions et les filières », indique Yuna Chiffoleau**, directrice de recherche en sociologie et ingénieure agronome à l’INRA, l’Institut national de la recherche agronomique. « Les circuits courts touchent désormais toutes les couches de la population, jeunes comme retraités, urbains comme ruraux. » Et ils se démocratisent en termes de prix.

* AMAP : association pour le maintien d’une agriculture paysanne.
** Co-auteure de Et si on mangeait local ? Comment les circuits courts vont changer mon quotidien (Quæ, 2017) et auteure de Les circuits courts alimentaires, entre marché et innovation sociale (à paraître en janvier 2019 chez Erès).

 

Circuit court : définition

On parle de circuit court s’il y a au maximum un intermédiaire entre le producteur et le consommateur (selon la définition officielle adoptée par l’État en 2009). Mais cela ne donne aucune indication sur la distance qui les sépare ni sur les modes de production utilisés. Il ne s’agit donc pas forcément de produits « locaux ». Pour autant, la plupart de ceux qui existent et qui se développent en France sont des circuits courts de proximité. Ils rapprochent producteurs et consommateurs d’un même territoire, d’une même région.

 

Producteurs et consommateurs s’y retrouvent

D’un côté, les consommateurs sont en quête de qualité (fraîcheur, goût) et veulent de la transparence quant à l’origine des produits. En cause : différents scandales alimentaires qui ont défrayé la chronique ces dernières années. De l’autre, les producteurs sont en recherche de nouveaux débouchés (sur fond de crise agricole) et de contact avec les clients.

Une tendance qui répond donc aux attentes des uns et des autres. « Les Français sont conscients des difficultés que connaissent les agriculteurs. Et ils ont compris que, par leurs choix, ils pouvaient peser pour défendre l’économie locale et maintenir l’emploi dans leur région », précise Yuna Chiffoleau.

 

En vidéo : Coop Paysanne : un magasin de producteurs coopératif

Découvrez notre reportage dans un magasin de producteurs près de Bordeaux. Ils sont plus de 70 à y vendre leurs produits locaux directement aux consommateurs.

 

En plein essor grâce à internet

Les circuits courts se diversifient de plus en plus. Il existe désormais plus de vingt formes différentes. Les plus importantes (en chiffres d’affaires) restent la vente directe à la ferme et les traditionnels marchés de plein vent. Mais les choses évoluent très vite. Les ventes se développent dans les magasins de producteurs et via les plateformes sur internet en particulier. On commande en ligne et on se fait livrer au travail, à la maison ou dans un local près de chez soi où on n’a plus qu’à retirer ses produits. Et ce n’est plus valable seulement pour les fruits et légumes : on peut aussi y acheter de la viande ou du poisson par exemple.

« Le numérique accélère clairement le mouvement, déjà parce qu’il permet aux consommateurs de mieux identifier les circuits courts qui existent près de chez eux. Et cela facilite l’achat, souligne Yuna Chiffoleau. Toujours grâce à internet, des formes que l’on croyait oubliées comme les groupements d’achat retrouvent également une nouvelle jeunesse. On en voit fleurir au sein des entreprises, parmi les étudiants… »

 

À lire aussi : Vrai/faux sur les circuits courts

Quelles sont les idées reçues sur cette nouvelle manière de consommer ? Réponse dans notre vrai/faux !

 

Quel impact sur l’environnement ?

Pour autant, les circuits courts de proximité sont-ils toujours meilleurs pour la planète ? « Réduire les distances ne fait pas systématiquement baisser l’empreinte environnementale, répond Sarah Martin, chargée de mission alimentation durable à l’Ademe. L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie l’a d’ailleurs montré dans une étude en 2017.

« Certains d’entre eux sont vertueux, d’autres pas. La diversité des circuits courts est telle que l’on ne peut pas faire de généralités. En fait, tout dépend de la manière de produire et du type de transports utilisés, plus ou moins gourmands en énergie. Même si les choses s’améliorent, il reste encore des progrès à faire en la matière. D’autant plus qu’à peu près un tiers des transports en France est lié à l’alimentation (transport des denrées alimentaires ou agricoles). Donc les enjeux sont énormes. »

En tout cas, 10 % des agriculteurs qui travaillent en circuit court sont en agriculture biologique. C’est cinq fois plus qu’en circuit long. Et au contact des clients et face à leurs questions, les producteurs ont tendance à améliorer leurs pratiques. « Les consommateurs, de leur côté, vont mieux connaître leur travail, avoir plus de respect pour celui-ci et donc peut-être limiter le gaspillage alimentaire, indique Sarah Martin. Sans compter qu’ils vont manger davantage de produits de saison. » En clair, un système gagnant-gagnant.

 

Les circuits courts en quelques chiffres

  • 1 agriculteur sur 5 vend tout ou partie de sa production en circuit court (en 2010).
  • 42 % des Français ont déjà acheté au moins un produit en circuit court (dans le mois précédent une enquête de 2013) pour un budget moyen de 25 euros par semaine.
  • 6 500 communes ont aujourd’hui au moins un marché de plein vent régulier.
  • 4 500 exploitants du réseau Bienvenue à la ferme pratiquent la vente directe.
  • Il existe plus de 2000 AMAP, associations pour le maintien d’une agriculture paysanne.
  • Le réseau de La Ruche qui dit oui (plateforme de commande par Internet) compte 900 ruches actives.
  • On dénombre déjà plus de 400 magasins de producteurs en France (la plupart sont recensés sur ce site). Près de la moitié sont des associations ou des coopératives.
  • Il existe environ 120 drives fermiers (les localiser sur le site Bienvenue à la ferme).
  • 32 cueillettes à la ferme font partie du réseau Chapeau de paille.
  • Angélique Pineau
  • Crédit photo : mapodile / Getty

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Glossaire