Assemblée générale d’Harmonie Mutuelle : les faits marquants de 2019

En raison de la crise sanitaire, Harmonie Mutuelle a innové en tenant pour la première fois son assemblée générale à distance le 30 juin 2020. Catherine Touvrey, sa directrice générale, et Stéphane Junique, son président, font le point sur l’année 2019.

L’année 2019 a été marquée par un choix fort. Vous avez été la seule mutuelle à anticiper l’application de la réforme du 100 % Santé au 1er juillet 2019. Quel bilan en tirez-vous ?

Stéphane Junique : Harmonie Mutuelle a pour habitude de s’engager pour l’accès aux soins de tous. La France est un pays qui a la chance de disposer d’un système de solidarité parmi les plus développés au monde, notamment en matière de santé grâce à l’action combinée de la Sécurité sociale et des organismes complémentaires, en premier lieu les mutuelles. Toutefois, de nombreuses personnes renoncent encore à se soigner car il leur reste des sommes trop importantes à leur charge après un soin dentaire ou un appareillage auditif. Il n’est pas tolérable que, dans un pays tel que le nôtre, 60 % des personnes aient renoncé au moins une fois à se soigner ces cinq dernières années pour des raisons financières ou que deux personnes sur trois ayant des problèmes d’audition renoncent à s’équiper car les appareils coûtent trop cher. C’est à ce problème que la réforme du 100 % Santé s’attaque, en proposant progressivement des offres sans aucun reste à charge pour une série de soins dentaires, pour des choix de lunettes ou d’appareils auditifs.

La réforme s’appliquera pleinement en janvier 2021 mais Harmonie Mutuelle a été la première, et la seule, à décider d’anticiper sa mise en œuvre au 1er juillet 2019. Ce n’est pas une décision neutre économiquement pour notre mutuelle mais nous l’avons souhaitée car elle est utile à nos adhérents et à leur santé. Plus de 16 000 adhérents ont bénéficié de cette mesure. Ce qui montre à quel point elle répond à un vrai besoin, en particulier pour les appareils auditifs qui ont concerné 10 000 d’entre eux.

Notre action a rencontré son public, sans être répercutée sur les cotisations. Harmonie Mutuelle n’est pas un assureur comme un autre, nous sommes engagés au service des solidarités actives de façon très concrète. Nous contribuons à faire avancer la société.

De 1700 à 2100 délégués

Quels seraient les 3 faits marquants que vous retiendriez de cette année 2019 ?

Catherine Touvrey : Harmonie Mutuelle, une fois encore en 2019, a développé tellement d’actions et d’offres qu’il est très difficile d’en sélectionner trois seulement ! Il y a de vrais sujets de fierté pour les salariés et les délégués qui montrent que notre collectif est mobilisé au service des adhérents et des entreprises clientes. De nouvelles marches ont été franchies en 2019.

Tout d’abord, Harmonie Mutuelle gagne des adhérents pour la 3e année consécutive. En 2019, nous avons ainsi protégé 52 000 personnes supplémentaires. Et nous poursuivons notre développement sur les contrats collectifs. Dans le même temps, nos clients entreprises nous sont de plus en plus fidèles. C’est grâce à notre efficacité opérationnelle, qui nous permet de rendre un service encore meilleur, mais aussi à notre capacité d’être à l’écoute des collectifs et des entrepreneurs pour développer des produits qui leur permettent de préserver leur capital humain et d’être plus performants à leur tour. La multiprotection nous permet de leur proposer un accompagnement global en santé, prévoyance, prévention.

L’autre sujet qui a marqué 2019, c’est bien sûr l’arrivée d’Harmonie Fonction Publique (HFP) avec laquelle nous avons fusionné. Nous avons très vite trouvé nos marques sur tous les plans, aussi bien opérationnels que militants. Ce qui nous permet de développer, là encore, des offres très adaptées aux publics d’HFP. Nous avons accueilli ainsi des adhérents et des entreprises de secteurs importants de l’économie comme l’aéronautique et des structures publiques grâce au référencement dans les ministères des Armées, Agriculture, Culture, institut des Mines.

Enfin, je retiens le renouvellement de notre communauté des représentants des adhérents en 2019, qui est passée de 1700 à 2100 délégués. Elle est encore plus en phase avec nos adhérents, plus féminisée, plus active, plus diverse. Ce modèle mutualiste nous permet d’être utiles et solidaires en répondant aux vrais besoins. Avec cette nouvelle communauté, de nouvelles façons de militer et de nouveaux sujets émergent. Les engagements pris sur le handicap durant l’assemblée générale ou la mise en place en 2019 de la section Harmonie Entreprises pour les contrats collectifs en sont la démonstration vivante.

Développer des solidarités actives

Vous défendez l’idée d’une société plus inclusive et plus solidaire. Quels ont été les chantiers portés par Harmonie Mutuelle en 2019 sur ce terrain ?

Stéphane Junique : L’État est, en France, le premier acteur des solidarités en redistribuant les richesses. Nous constatons, face aux nouveaux besoins de solidarité qui se font jour en santé, pour la dépendance et pour la transition écologique, que l’État ne peut pas construire seul les réponses. Notre pays a besoin d’acteurs engagés pour développer des solidarités actives en complément de l’action publique ou des solidarités informelles. Les mutuelles, telles que la nôtre, comptent parmi les acteurs de premier plan. En 2019, Harmonie Mutuelle en a encore fait la démonstration. Nous avons évoqué le reste à charge zéro, mais je veux prendre d’autres exemples concrets.

Nous avons ainsi immédiatement accepté de devenir un acteur de la Complémentaire Santé Solidaire (CSS) qui s’adresse aux Français les plus modestes qui n’ont pas les moyens d’acquérir une mutuelle et sont donc pénalisés dans l’accès aux soins. La CSS prend le relais de l’ACS et de la CMU-C grâce auxquelles Harmonie Mutuelle protégeait 400 000 personnes. C’est un engagement important financièrement car nous accompagnons au quotidien ces bénéficiaires. Je note que les opérateurs de la CSS sont presque exclusivement des acteurs non-lucratifs, et essentiellement des mutuelles.

Enfin, la question du logement est une question centrale. Avec Arcade-VYV nous devenons le 4e acteur français du logement social. Le maintien dans l’autonomie des personnes dépendantes passera par des logements adaptés, dans lesquels ils puissent vivre le plus longtemps en trouvant tous les accompagnements dont ils ont besoin au quotidien. Sur ce sujet, nous sommes bien placés pour agir aussi.

Le logement, un déterminant essentiel de santé

« Avançons collectif » est la nouvelle signature d’Harmonie Mutuelle depuis juin 2019. Avec un an de recul, reflète-t-elle ce que vous souhaitiez en la choisissant ?

Catherine Touvrey : Nous avons fait le choix il y a un an d’afficher « Avançons collectif » parce que cela exprime parfaitement notre ADN et notre conviction profonde. Il ne peut pas y avoir de solidarités si elles ne sont pas organisées dans un cadre collectif. Il y a une multitude de collectifs en France, à l’échelle de l’entreprise, des territoires avec une grande variété de besoins. Notre conviction est que nous devons les accompagner et les écouter pour trouver des solutions concrètes et leur permettre d’avancer en étant mieux protégés et mieux armés face à l’avenir. Nous sommes persuadés que seule la force du collectif nous permettra de nous attaquer aux fractures sociales, territoriales, démocratiques.

Un an après, notre conviction est renforcée. La crise que nous venons de vivre appelle à des solutions collectives pour inventer de nouvelles protections et de nouvelles solidarités. Nous avons redécouvert une société pas si individualiste qu’on pouvait le craindre. Chacun s’interroge sur sa façon d’être utile. De nombreuses entreprises partagent cette conviction et sont prêtes à s’engager elles aussi en changeant leur raison d’être, en étant plus attentives à leur environnement et à leurs parties prenantes, en voulant produire un impact positif sur la société. Il y a un bel élan dans cette crise, il est de notre devoir de ne pas le laisser retomber.

Qu’apporte aux adhérents d’Harmonie Mutuelle l’appartenance au Groupe VYV ?

Stéphane Junique : VYV, premier groupe de protection sociale en France, est né en 2017 avec la volonté de pouvoir accompagner les parcours de santé et de vie. Avec la force du Groupe, nous allons proposer de nouveaux services tout au long des parcours de vie. Ce besoin d’accompagnement global de nos adhérents est amplifié par la crise. Grâce à lui, nous nous ouvrons désormais vers le logement qui est un déterminant essentiel de santé. Nous sommes également le premier offreur de soins et d’accompagnement non lucratif avec plus de 1200 réalisations partout en France.

Nous avons les moyens de nos ambitions grâce à VYV. C’est le groupe qui porte une partie des investissements pour l’avenir, pour créer de nouvelles opportunités d’accompagnement.

  • Propos recueillis par Jean Chezaubernard
  • Crédit photo : Sébastien Leban

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.