Assurer la continuité des soins dentaires durant la crise du Covid-19

Dans le contexte du coronavirus, les chirurgiens-dentistes se mobilisent sur deux fronts : redéfinir la notion d’urgence dentaire et s’organiser pour répondre aux questions des patients.

Assurer la continuité des soins dentaires durant la crise du Covid-19

Depuis l’entrée en phase 3 de l’épidémie de Covid-19, les chirurgiens-dentistes ne peuvent plus exercer. Dans ce contexte, il reste toutefois indispensable de faire face aux urgences dentaires. Pour cela, l’Ordre national des chirurgiens-dentistes a établi des critères précis pour définir le besoin du patient et la réponse à y apporter.

« Aujourd’hui, les patients peuvent contacter leur chirurgien-dentiste habituel, si celui-ci a mis en place une permanence téléphonique. Il questionnera alors son patient et pourra soit lui adresser une ordonnance par mail ou fax, soit l’orienter vers le numéro départemental de régulation s’il estime que son cas doit être traité en urgence. Les chirurgiens-dentistes en charge de l’accueil téléphonique à ce numéro sont les seuls habilités à attribuer des rendez-vous d’intervention auprès des chirurgiens-dentistes qui assurent les gardes », explique Thierry Colas, chirurgien-dentiste et l’un des référents Covid-19 à Dijon.

Des cas d’urgences dentaires redéfinis

Au rang des cas répertoriés comme urgents :

  • les phénomènes infectieux avec gonflement autour de l’œil ou dans le cou et/ou difficulté à déglutir,
  • les saignements après une intervention ou un choc,
  • les rages de dents avec des douleurs permanentes évaluées à 7 ou plus sur une échelle de 1 à 10.

« Cela signifie que certaines situations habituellement considérées comme urgentes ne le sont plus aujourd’hui. Par exemple, les chutes de plombage ou de couronnes ne seront pas prises en charge en absence de douleur », ajoute Thierry Colas.

Si le patient présente un ou plusieurs des symptômes définis par l’Ordre national des chirurgiens-dentistes, il est orienté vers l’un des cabinets qui gèrent les gardes Covid-19. Accueilli sur rendez-vous, il pourra alors recevoir les soins nécessaires. En revanche, s’il présente de la fièvre et/ou de la toux, il est immédiatement conduit vers le 15.

Des interventions dentaires sous haute surveillance

« Tout patient est considéré comme porteur du Covid-19, c’est pourquoi nous avons mis en place des règles d’hygiène très strictes dans les cabinets dentaires, de l’arrivée du patient à la réalisation des soins, pour protéger les patients et les soignants. Nous suivons des protocoles de non-contamination et toutes les opérations de nettoyage et désinfection sont consignées, pour en assurer la traçabilité. Chacun de nous devient responsable de la prise en charge de ces mesures essentielles », poursuit Thierry Colas.

Des chirurgiens-dentistes mobilisés

Les chirurgiens-dentistes assurent les gardes téléphoniques et physiques Covid-19 sur la base du volontariat. « Nous réalisons, dans notre cabinet, deux gardes Covid-19 par semaine à Dijon, le mardi et le vendredi. Et un chirurgien-dentiste effectue chaque jour la garde téléphonique », ajoute Thierry Colas.

Du côté des patients, la reconnaissance prime. « Je suis surpris de la réaction des malades que je reçois. Tous sont conscients du caractère exceptionnel de la situation, respectent les consignes et les restrictions, et comprennent qu’ils ne peuvent pas être soignés comme ils en ont l’habitude », conclut Thierry Colas.

Un système de gestion des urgences dentaires qui se déploie à l’échelle nationale

Centre du réseau VYV3
Crédit photo : Benjamin Celier

Le 09 705 00 205, c’est le numéro national dédié à la prise en charge des soins bucco-dentaires d’urgence mis en place par le Conseil national de l’Ordre des chirurgiens-dentistes. Au cœur du réseau national déployé dans ce cadre, 43 centres du réseau du Groupe VYV (VYV3) sur 135 sont identifiés comme structures de garde auprès de l’Ordre.

« Au total, 255 praticiens de notre réseau assurent la régulation téléphonique et 119 prennent en charge les patients nécessitant des soins », explique Emmanuelle Sharps, directrice nationale santé dentaire du réseau VYV3.

« Nous nous sommes engagés dès le début de la crise du Covid-19 et, lorsque l’Ordre nous a sollicités, certains de nos praticiens se sont aussi portés volontaires pour venir en soutien aux équipes médicales », conclut Emmanuelle Sharps.

  • Félix Maréchal
  • Crédit photo : Getty Images

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.