Face à la crise du Covid-19, les professionnels du monde de la santé jouent la solidarité

La crise du coronavirus amène certains professionnels de santé ou acteurs du système sanitaire au sens large à agir en dehors de leur activité habituelle. Leur volonté : placer leurs compétences là où l’urgence sanitaire le requiert. Zoom sur trois belles initiatives.

Face à la crise du Covid-19, les professionnels du monde de la santé jouent la solidarité

Médecin généraliste et téléconsultante sur MesDocteurs

Dr Céline Simon
Dr Céline Simon – crédit photo : DR

Confinement oblige, le nombre des téléconsultations explose. En toute logique, ce boom de la téléconsultation se traduit par une augmentation très forte du nombre de médecins qui la pratique. Le Dr Céline Simon en fait partie.

Pour ce généraliste, médecin coordinateur d’un centre médical MGEN à Strasbourg et responsable médical du centre de prévention et d’examen du Bas-Rhin, cela s’est imposé comme une évidence. « Faire notre travail de praticien nous engage à répondre présents, affirme-t-elle. Et comme les patients sont réticents à se déplacer chez leur médecin, par crainte d’être contaminés par le Covid-19, il fallait une alternative. »

Dès ses premières téléconsultations auprès des patients de son centre mutualiste, Céline Simon a été séduite par cette pratique, même si la télémédecine « n’est pas valable pour toutes les pathologies ». D’où sa motivation à rejoindre la plateforme MesDocteurs (accessible aux adhérents Harmonie Mutuelle et MGEN).

« La moitié des appels portent sur le Covid-19, note-elle. Les gens paniquent au moindre symptôme, surtout les jeunes. Mon travail est de faire le tri afin de limiter l’engorgement des urgences et du 15. C’est la survenance ou non d’une complication d’ordre respiratoire qui est déterminante. La visio est le meilleur outil de consultation à distance, même si elle ne permet pas d’examen clinique. » Autre avantage de la téléconsultation : les médecins contaminés par le coronavirus peuvent continuer à consulter depuis chez eux.

Ils accélèrent le rythme de fabrication de composants pour respirateurs

ESAT
Crédit photo : DR

Prendre toute sa part à la mobilisation contre le Covid-19. C’est aussi ce que fait l’Entreprise Adaptée de VYV3 Île-de-France. « En réalité, il s’agit de fournir l’un de nos clients habituels, mais de le faire à une toute autre échelle », précise Henri-Aurélien Chopinaud, qui dirige la filière Travail Adapté et Protégé de VYV3 Île-de-France. Ce client, c’est Air Liquide, qui fabrique notamment des respirateurs pour les hôpitaux.

À travers son site de Villiers-le-Bel (95), l’entreprise adaptée de VYV3 Île-de-France est depuis plusieurs années son sous-traitant unique notamment pour deux composants essentiels à la fabrication de ces appareils : ventilateurs et capteurs. « Les premiers servent à refroidir les respirateurs et les seconds permettent de mesurer le souffle d’air des patients, souligne Henri-Aurélien Chopinaud. Pour les capteurs, par exemple, nous sommes passés d’une production habituelle de 4 000 pièces par mois à 20 000 pièces par mois en mars. »

Pour faire face, l’Entreprise Adaptée a dû passer sa production en 2X8. Tous les salariés en situation de handicap sont volontaires. Les salles blanches de Villiers-le-Bel tournent désormais de 7 h à 21 h pour contribuer à équiper la France de respirateurs artificiels.

Des ambulanciers partenaires du premier TGV médicalisé

« On ne le sait pas toujours mais les ambulanciers privés sont des professionnels de santé qui ont une mission de service public. » Ce rappel de Jean-Charles Suire-Duron, directeur général d’Harmonie Ambulance, est tout à fait d’actualité. Du fait de la déprogrammation des actes non urgents dans les hôpitaux, Harmonie Ambulance (photo) a vu son activité de transport sanitaire chuter de 60 % depuis la crise du coronavirus. Mais l’entreprise ne reste pas inactive.

« En ligne avec notre mission de service public, la plupart de nos ambulanciers sont à l’œuvre pour répondre aux demandes du Samu-Centre 15 et transporter les patients Covid-19 en situation d’urgence », souligne Jean-Charles Suire-Duron. C’est ainsi que le 26 mars, Harmonie Ambulance a été l’un des trois prestataires retenus par le Samu pour réceptionner et transporter les patients Covid-19 du premier TGV médicalisé affrété spécialement du Grand-Est vers Angers, Nantes et Le Mans.

Parallèlement, les personnels Harmonie Ambulance mettent à profit cette période pour venir en soutien d’autres équipes du groupe VYV (par exemple en Ehpad pour les repas) ou de patients âgés confinés, notamment pour faire leurs courses.

  • Félix Maréchal
  • Crédit photo : DR

Un commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.