Logo Essentiel Santé Magazine

Réseaux conventionnés : les adhérents au cœur du parcours de soins

Au cœur de la stratégie du Groupe VYV, le développement des réseaux de soins conventionnés est également au centre des débats. Catherine Touvrey et Isabelle Hébert reviennent sur ce sujet majeur pour tous les adhérents.

Réseaux conventionnés : les adhérents au cœur du parcours de soins

Les adhérents des mutuelles du Groupe VYV bénéficient d’un accès à des réseaux de soins conventionnés. Quels avantages offrent-ils aujourd’hui ?

Catherine Touvrey
Catherine Touvrey est directrice générale d’Harmonie Mutuelle et directrice Assurance et Protection financière du Groupe VYV. Crédit : Sylvie Humbert

Catherine Touvrey : Nos mutuelles ont la responsabilité de favoriser l’accès à des soins de qualité au prix le plus juste, c’est un des éléments clés de la promesse mutualiste. Très concrètement, passer par nos réseaux de soins, c’est tout d’abord accéder plus facilement à un professionnel de santé et bénéficier automatiquement du tiers payant par exemple. Mais ce sont aussi de véritables économies : jusqu’à 40 % sur le prix des verres et 30 % sur les lentilles ou encore des coûts maîtrisés pour l’orthodontie, l’implantologie, la parodontologie… L’objectif étant d’obtenir un reste à charge nul ou réduit pour l’adhérent.

 

Comment la volonté du Groupe de développer les réseaux de soins se traduit-elle pour les adhérents ?

Isabelle Hébert
Isabelle Hébert est directrice générale du groupe MGEN et directrice Services Innovants du Groupe VYV. Crédit : Olivier Rolfe MGEN

Isabelle Hébert : Nos mutuelles ont été à l’avant-garde et ont mis en place des réseaux conventionnés en optique, en audiologie et en dentaire depuis de nombreuses années. Depuis mars 2018 et le lancement de Kalixia Ostéo, nos adhérents peuvent désormais accéder également à plus de 400 professionnels sur tout le territoire. Et aujourd’hui, dans le cadre de Kalixia, nous représentons plus de 16 millions de Français, ce qui nous donne à la fois la légitimité et le poids nécessaire pour construire et organiser des réseaux de soins qui répondent aux véritables besoins de nos adhérents. En 2018, nous avons travaillé, en synergie avec Malakoff Médéric, à la création et à la structuration de Kalixia, rapprochement de Kalivia et des réseaux Optistya et Audistya, afin d’aller encore plus loin pour les adhérents autour de cette marque unique. C’est une incarnation positive des premiers résultats du Groupe VYV dont nous pouvons être fiers.

Quels pourraient être les prochains développements ?

C.T. : Pour permettre à nos adhérents de maîtriser au mieux leur budget santé, y compris face à l’imprévisible, le conventionnement hospitalier est un sujet qui s’impose au Groupe. Nous travaillons donc à l’élaboration d’un concept totalement nouveau en partenariat avec Malakoff Médéric sur le conventionnement de l’hospitalisation. Ensuite, nous devrons explorer d’autres domaines, et notamment inclure toutes les professions paramédicales ou services dont nos adhérents ont besoin dans des situations difficiles : les podologues pour les diabétiques, les prothèses et perruques pour les femmes ou les hommes qui subissent des chimiothérapies…

I.H. : Le conventionnement est un élément fort de différenciation pour les mutuelles du Groupe VYV. Pour en faire une réalité au service des adhérents, nous contractualisons avec des opticiens, des audioprothésistes, des dentistes, des ostéopathes et demain, comme l’indique Catherine, des hôpitaux… Grâce à la synergie entre l’assurance et le sanitaire au sein d’un parcours de santé, le Groupe VYV pourra apporter des solutions santé globales inédites. C’est une caractéristique unique dans l’univers de la protection sociale aujourd’hui.

Les réseaux de soins sont-ils menacés par la mise en place du 100 % santé aussi appelé « reste à charge zéro » ?

I.H. : Bien au contraire, ils ont de l’avenir ! Un réseau de soins, ce n’est pas qu’un prix ! C’est aussi et surtout l’organisation d’un accès aux soins avec la garantie d’une qualité de services et de conseils, le tarif adapté ou encore la meilleure sélection des appareillages ou des prestations. Il nous faut inventer de nouveaux concepts de réseaux de soins, innovants, alliant services d’information digitaux, accompagnement santé et prévention, assistance, eSanté, téléconsultations… Bien sûr, nous devons continuer de nous réinventer et d’innover au regard de la politique nationale du 100 % Santé (ou reste à charge zéro) dans les domaines de l’optique, de l’audiologie et du dentaire. Les recommandations et les services aux patients doivent prendre davantage d’importance. Nous négocierons progressivement en ce sens les renouvellements de conventions avec les professionnels de santé.

Les adhérents doivent donc continuer à faire appel aux réseaux de soins ?

C.T. : Plus que jamais ! Un adhérent qui a connaissance d’un traitement dentaire lourd ou qui doit se faire hospitaliser a tout intérêt à appeler sa mutuelle avant d’entrer dans le parcours de soins. Il pourra ainsi obtenir une idée précise du coût auquel il va être exposé et nous pourrons trouver ensemble les meilleures solutions pour les réduire.

I.H. : Profiter des réseaux de soins conventionnés, c’est aussi favoriser un accès aux soins responsable et raisonnable. Et ça, pour nous tous, c’est à la fois une responsabilité et une conviction mutualiste.

  • Propos recueillis par Jean Chezaubernard
  • Crédit photo : iStock

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Glossaire