ILS NE PARTENT PAS EN VACANCES

Le saviez vous ? Trop d'enfants sont encore aujourd'hui privés de vacances organisées.

L’ami Pierre nous a bien fait rire avec ses mots bien à lui, pour évoquer ce que beaucoup d’entre nous ont connu : « Aller en colo », ce moment un peu magique d’un départ en vacances, à découvrir d’autres horizons, d’autres gens, d’autres coutumes et façons de vivre. Vivre la mobilité, une aventure à taille humaine.

C’est également l’occasion de se faire des « potes » avec qui on partage diverses activités, découvertes et, il faut bien l’avouer, quelques menues bêtises …

Par contre, avoir comme seule échappatoire son environnement quotidien, où les possibilités de passer à d’autres activités, sont réduites… Quand les copains de classe sont absents, pour cause de VACANCES, le sentiment d’être « laissé-pour-compte », devient alors réalité pour un laps de temps qui peut paraître une éternité.

Le problème n’est pas nouveau et, loin d’être résolu, malgré l’engagement et les efforts de quelques associations très engagées sur ce thème.

On laisse ainsi sur le carreau bien des enfants et des ados.  Ceux-ci aspirent pourtant légitimement à la découverte de nos régions et des diverses cultures qui font la richesse de notre Hexagone.

De même, on les prive de pouvoir grandir et s’enrichir par l’échange, l’amitié et le partage.

Aujourd’hui un enfant sur trois ne part pas en vacances pendant l’été.

La crise financière en cours a renforcé cette triste réalité. D’après le « baromètre Ipsos / Kinder des vacances des enfants » 43 % des parents d’enfants privés de vacances interrogés déclarent que le sentiment de privation domine chez leurs enfants, suivi par celui d’injustice (38 % des sondés), de colère (25 %) et de honte (9 %).

Ainsi, sur 11 millions, ce sont près de 4 millions d’enfants et d’adolescents, de tous milieux, qui ne bénéficient pas de vacances organisées, en prise alors au désœuvrement et aux risques qui en découlent.

Cet état de fait est contraire à la Convention internationale des droits de l’enfant.

Parce qu’il permet, dans une ambiance de détente et de jeux, de découvrir d’autres lieux, d’autres personnes, de nouvelles activités, de construire et de partager des projets avec les autres, le départ en vacances est effectivement un élément important du développement personnel, social et culturel de chaque enfant, ado et futur ADULTE.

Les loisirs et les vacances constituent un besoin vital dans la vie d’un enfant, aussi important que celui de se nourrir.

Les familles les plus touchées sont celles qui ont de faibles revenus, dont les familles monoparentales, mais aussi les classes moyennes dont les revenus les placent au-dessus des seuils d’accessibilité aux aides.

Face à l’emprise croissante de la dématérialisation de l’information et de l’Intelligence Artificielle, il est primordial de ne pas oublier l’investissement humain dont nous aurons besoin pour développer les bases futures du bien vivre de demain ! ! !

Face à ce constat, ne serait-il pas pertinent d’envisager maintenant la création d’une allocation universelle de départ en vacances ? Partir en vacances, ça Harmonise un peu la vie …

Et vous ? Qu’en pensez-vous ?

 

Proposé par le groupe de rédaction des délégué-e-s Harmonie Mutuelle de Moselle

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.