Logo Essentiel Santé Magazine
Sortie de maternité : se faire accompagner à domicile

Sortie de maternité : se faire accompagner à domicile

Pour accompagner les jeunes mères à la sortie de la maternité, l’Assurance maladie organise la visite de sages-femmes à domicile. C’est le programme « Prado ».

Vous venez d’accoucher et vous êtes sur le point de sortir de la maternité ? Vous pouvez bénéficier d’un suivi à domicile par une sage-femme. C’est le principe du Prado (pour « programme d’accompagnement de retour à domicile ») « maternité », proposé par l’Assurance maladie. Il est réservé aux femmes qui viennent de donner naissance à un seul enfant (pas de jumeaux, triplés…), sans complication, que ce soit par voie vaginale (dite « voie basse ») ou par césarienne.

Avec le feu vert de l’équipe hospitalière, un conseiller de l’Assurance maladie vous rencontre dans votre chambre de maternité afin de vous présenter l’offre. Si vous êtes d’accord, il organise la venue d’une sage-femme libérale chez vous, de préférence dans les 48 heures après votre sortie, au plus tard dans la semaine. Vous pouvez aussi vous préinscrire au Prado sur le site de l’Assurance maladie en vous connectant sur votre compte personnel (rubrique « Mon espace prévention »).

Lors du rendez-vous, la professionnelle s’assure du bon état de santé du nouveau-né (contrôle du poids, de l’éveil…) et donne des conseils pour s’occuper de lui (soins du cordon, allaitement, réponse aux pleurs, organisation au quotidien…). Elle est aussi là pour évoquer le vécu de votre accouchement, vérifier que vous allez bien, vous prescrire des médicaments si besoin… La sage-femme peut proposer de venir vous voir une deuxième fois.

 

En 2017, le dispositif Prado a bénéficié à 435 000 mères, ce qui correspond à 57 % des naissances.

 

Prise en charge à 100 %

Attention, le Prado n’est pas déployé dans toutes les maternités. Et il est pour l’instant essentiellement prévu pour les « sorties standard », c’est-à-dire quand les femmes retournent à la maison au moins trois jours après la naissance (quatre jours, en cas de recours à une césarienne). Pour celles qui rentrent plus tôt (« sorties précoces »), une expérimentation est en cours dans quelques établissements.

Dans tous les cas, vous avez la possibilité (de votre propre initiative) de convenir à l’avance, avec une sage-femme libérale, d’une visite à domicile après l’accouchement. La démarche est bien sûr facilitée si c’est elle qui a suivi votre grossesse et/ou si c’est avec elle que vous avez fait les séances de préparation à la naissance.

Ces rendez-vous, qu’ils aient lieu dans le cadre du Prado ou non, sont pris en charge à 100 % par la Sécurité sociale (hors dépassements d’honoraires) et vous n’avez pas besoin d’avancer les frais.

 

Pas que pour la grossesse

Même si la plupart des bénéficiaires du Prado sont des jeunes mères, ce programme ne leur est pas réservé. Il vise plus généralement à faciliter la transition de l’hôpital au domicile et s’adresse également aux personnes qui sortent d’une opération chirurgicale ou qui sont atteintes de certaines maladies chroniques (bronchopneumopathie chronique obstructive – BPCO et insuffisance cardiaque).

 

TÉMOIGNAGE

Emma Jalkanen (Poitiers)

Elle a bénéficié du « Prado » à la naissance de ses deuxième et troisième enfants.

Emma Jalkanen - crédit DR« La conseillère de l’Assurance maladie est venue me voir dans ma chambre, à la maternité, pour me présenter le « Prado ». Elle a elle-même contacté une sage-femme pour convenir d’un rendez-vous à mon domicile. Elle s’est aussi occupée de l’inscription de mon enfant sur ma carte Vitale. Des coups de pouce « administratifs » très appréciables quand on vient d’accoucher !

Le lendemain de ma sortie, la sage-femme est venue chez moi, avec son matériel, pour vérifier que tout allait bien pour moi et mon bébé. Elle est repassée une fois les jours suivants et, pour mon deuxième enfant, à deux ou trois reprises, car le bébé ne prenait pas suffisamment de poids.

C’est très rassurant de savoir, même si ce n’est pas votre premier enfant, que quelqu’un continue de prendre soin de vous, une fois rentrée. Je n’aurais pas forcément osé appeler la clinique ou mon médecin pour poser mes questions, partager certaines inquiétudes. Mais j’ai pu le faire auprès de la sage-femme. »

  • Aurélia Descamps
  • Crédit photo : monkeybusinessimages / Getty

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Glossaire