Logo Essentiel Santé Magazine

Les accidents de la vie courante ne prennent pas de vacances en été

L'été est la saison des beaux jours, des activités d'extérieur et des vacances. Mais le risque des accidents de la vie courante est toujours bien présent : noyades, brûlures sur le barbecue, chutes de grande hauteur ou incidents dans le jardin. Les vacances doivent donc rimer avec vigilance.

Les accidents de la vie courante ne prennent pas de vacances en été

Les accidents de la vie courante sont à l’origine de 5 millions de recours aux urgences, chaque année en France. Certains sont plus fréquents lors de la période estivale. C’est le cas des noyades.

« Nous estimons à environ 1 000 le nombre de décès par noyade chaque année en France », explique Aymeric Ung, épidémiologiste à Santé Publique France et responsable de l’enquête NOYADES réalisée en 2018. La moitié d’entre elles ont lieu entre les mois de juin et septembre, selon cette étude. « Ces accidents sont plus fréquents en été puisqu’il y a une exposition plus importante à ce type de risque avec le nombre important de baignades. »

Noyades : ne pas se surestimer

Ces noyades concernent tous les lieux de baignades et tous les âges, même si la proportion de noyades suivies de décès (1) augmente avec l’âge : 9 % chez les moins de 6 ans, 35 % chez les plus de 65 ans. « Cela s’explique par le fait que les noyades des enfants arrivent majoritairement dans les piscines privées familiales suite à un défaut d’attention de l’adulte en charge de la surveillance. Mais l’enfant est souvent vite rattrapé, puis rapidement pris en charge par les secours », analyse Aymeric Ung.

À l’inverse, les accidents concernant les personnes âgées se déroulent plus fréquemment en milieu naturel, notamment en mer. Quel que soit l’âge, les conditions environnementales ne doivent pas être sous-estimées : température, courants, fond où l’on perd pied rapidement… « Cela peut être très piégeux, même pour de bons nageurs à cause de phénomènes imprévus ou mal anticipés. »

De plus, il ne faut jamais surestimer son état de forme. « Si on est fatigué, on ne se baigne pas. » Aymeric Ung note également que la consommation d’alcool est un facteur de risque aggravant, tandis que la baignade en groupe permet, au contraire, d’atténuer les risques, si elle est pratiquée dans des lieux autorisés. « Dans tous les cas, il est recommandé de se baigner dans des lieux surveillés. »

Méfiance dans le jardin pour les petits comme pour les grands

Ceux qui ont la chance de profiter d’un jardin doivent être vigilants lors de l’utilisation de machines d’entretien. « Les taille-haies, les tronçonneuses et les tondeuses sont dans le trio de tête des accidents qui s’y produisent », alerte Murielle Bouin, directrice adjointe de Calyxis, un pôle d’expertise du risque qui a mis en place l’observatoire Mavie en partenariat avec l’Inserm.

Les enfants peuvent également se mettre en danger en jouant à la dînette à l’extérieur. « Ils vont mettre des baies et des plantes dans leurs assiettes puis les avaler. Il y a un risque d’intoxication. » Ce dernier existe aussi après un traitement du jardin : des produits toxiques peuvent rester au fond de l’arrosoir et être bus par l’enfant.

Les vacances ne doivent pas rimer qu’avec insouciance

Certains vacanciers oublient parfois les règles de vigilance essentielles pour limiter les risques d’accidents de la vie courante. « Ils peuvent partir randonner en tong, sans eau et sans se renseigner. Ils se disent qu’en cas de problème, ils ont leur téléphone, mais cela ne suffit pas car il y a beaucoup d’endroits où le réseau ne passe pas », alerte Murielle Bouin.

En dehors des excursions, les résidences de vacances ne sont pas non plus à négliger. Avant la location, il est conseillé de poser les bonnes questions pour vérifier que les lieux sont en adéquation avec l’âge des occupants : y a-t-il un portail qui ferme ? La piscine est-elle sécurisée ? Y a-t-il des lits superposés ou des escaliers abrupts ?

Logement principal, secondaire ou temporaire, l’été augmente aussi les risques de chutes de grande hauteur des enfants. « On ne laisse jamais un enfant seul dans une pièce avec une fenêtre ouverte. Attention aussi à éviter tout objet qui lui permettrait d’escalader. Il peut, par exemple, enjamber la rambarde d’un balcon avec un simple pot de fleurs. »

Enfin, les nombreux moments conviviaux rythmant la saison estivale peuvent générer de mauvaises surprises. « À l’apéro, mieux vaut éviter les cacahuètes ou les noisettes en présence d’enfants, explique Murielle Bouin. Au moment de raccompagner les invités, attention à surveiller que les petits ne terminent pas les verres… » Pour éviter les brûlures ou incendies, les barbecues, eux, doivent être installés dans des endroits dégagés et ne pas être allumés avec un produit liquide.

(1) : L’Organisation mondiale de la santé définit la noyade comme « une insuffisance respiratoire résultant de la submersion ou de l’immersion en milieu liquide ». Ce terme englobe donc tous les cas, qu’ils soient suivis de décès ou non.

  • Lola Cloutour
  • Crédit photo : Getty Images

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Glossaire