Logo Essentiel Santé Magazine

Comment récupérer d’une entorse à la cheville ?

Faux mouvement, chute ou accident de sport : une entorse est vite arrivée. Très fréquente, avec près de 6 000 cas par jour, cette blessure est parfois longue à guérir.

Comment récupérer d’une entorse à la cheville ?

L’entorse à la cheville est l’une des blessures articulaires les plus courantes. Près de la moitié d’entre elles se produisent au cours d’une activité sportive, tandis que les autres surviennent, notamment, lors d’une perte d’équilibre, d’un faux mouvement ou encore d’un accident. Une entorse qui n’est pas complètement guérie restera douloureuse, entraînant une faiblesse chronique, un manque de souplesse et de stabilité au niveau de la cheville. Les personnes les plus à risque sont les athlètes, celles ayant déjà subi une entorse, celles en surpoids ou en mauvaise condition physique et les personnes âgées.

De l’élongation à la déchirure

Une entorse est un étirement ou une lésion d’un ou de plusieurs ligaments. Ces derniers sont composés de faisceaux de bandes de tissus fibreux très résistants et peu extensibles, qui maintiennent les os entre eux et protègent les articulations en limitant leur mobilité. Une flexion, une extension ou une torsion de l’articulation au-delà de son amplitude naturelle peuvent l’endommager. Une tension extrême ou un coup sur l’articulation, ou encore des entorses antérieures qui ont laissé un ligament affaibli sont les principales causes de cet accident.

Il existe par ailleurs plusieurs stades de gravité, allant de la simple élongation à la déchirure ligamentaire. Une douleur, une enflure et la difficulté à bouger l’articulation en sont les principaux symptômes. La douleur peut cependant être très variable et elle n’est pas forcément proportionnelle à la gravité. Quelques heures plus tard, lorsque la cheville a refroidi, la douleur refait surface, accompagnée d’un gonflement. Une ecchymose survient aussi généralement sur la partie externe de la cheville et du pied, avant de se déplacer progressivement en direction des orteils.

Appliquer une poche de glace

Si le traumatisme se produit pendant une séance de sport, vous devez arrêter aussitôt l’activité, mettre la cheville au repos et surélever la jambe afin de ne pas aggraver les lésions et le saignement au niveau des ligaments. Ensuite, l’application d’une poche de glace permettra, tout en calmant la douleur, de limiter le développement de l’œdème et le saignement.

Si vous êtes dans l’impossibilité totale de poser le pied au sol, rendez-vous aux urgences. Sinon, vous pouvez tout à fait attendre quelques heures, jusqu’à une journée entière, avant de consulter votre médecin traitant. Celui-ci posera son diagnostic après un examen clinique, qui consiste surtout à palper la zone douloureuse. Il ne prescrira une radiographie que si vous ne parvenez pas à faire plus de trois pas, car cela peut être le signe d’une rupture ligamentaire, voire de l’arrachement d’un fragment d’os.

Le protocole Rice

Les enfants âgés de moins de 15 ans et les personnes de plus de 55 ans sont particulièrement surveillés. Les premiers parce qu’ils sont en pleine croissance et qu’il faut vérifier que leur cartilage n’est pas abîmé ; les seconds parce que leurs os peuvent être fragilisés par de l’ostéoporose.

Dans tous les cas, un protocole appelé Rice est mis en place. Rice est l’acronyme de repos, ice (la cheville doit être refroidie avec de la glace trois fois par jour pendant au moins trente minutes), compression (le médecin prescrit généralement une attelle) et élévation (on surélève la jambe pour éviter que l’œdème diffuse vers le bas).

Éviter les entorses à répétition

Dès que le gonflement a diminué, recommencez à mobiliser la cheville de manière progressive, notamment pour éviter un risque de phlébite. Des séances de kiné sont prescrites quasiment à chaque fois afin de renforcer la stabilité de l’articulation. Ces dernières devront impérativement être complétées par de l’autorééducation. Vous devrez ainsi faire travailler les muscles de votre jambe, mais aussi réaliser des exercices de coordination et d’équilibre, indispensables pour stabiliser la cheville et éviter les entorses à répétition.

Votre kiné vous conseillera et vous indiquera les exercices à pratiquer chez vous. À long terme, les entorses récidivantes peuvent également causer de l’arthrose, une maladie due à la dégradation du cartilage.

  • Catherine Chausseray (ANPM-France Mutualité)
  • Crédit photo : Shutterstock

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Glossaire