Logo Essentiel Santé Magazine

Compléments alimentaires : ne pas les prendre à la légère

Lutter contre la fatigue, favoriser le bronzage, améliorer la concentration… Les promesses des compléments alimentaires sont nombreuses. Mais certains d’entre eux peuvent aussi représenter des risques. D’où la nécessité de bien se renseigner avant d’en consommer.

Compléments alimentaires ne pas les prendre à la légère

En France, 5 % des hommes et 28 % des femmes consomment des compléments alimentaires au moins trois jours par semaine*. Par ailleurs, le marché est en pleine expansion, son chiffre d’affaires dépassant 1,3 milliard d’euros en 2013**. Pour les surveiller, et réagir rapidement en cas de problème sanitaire, l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire, Alimentation, Environnement et Travail (Anses) a mis sur pied une commission nationale de nutrivigilance, sur le modèle de ce qui existe déjà pour la surveillance des médicaments par exemple.

* Étude NutriNet Santé (2009).
** Données Anses, décembre 2014.

 

Compléments alimentaires : de quoi parle-t-on ?

Il ne s’agit pas de médicaments qui soignent une maladie mais de substances qui complètent l’alimentation et/ou ont un effet sur le fonctionnement normal de l’organisme. Ils se présentent sous diverses formes (gélules, pastilles, poudre, ampoule, flacon multi-goutte…) et s’achètent librement sans ordonnance. À l’Anses, il existe une liste précise des substances autorisées*.

De plus, pour avoir le droit de déclarer ouvertement qu’un produit est riche en tel ou tel nutriment, et surtout, qu’il a tel effet sur la santé, un industriel doit d’abord recevoir l’autorisation de l’Agence Européenne de Sécurité du Médicament. Mais comme ces produits ne sont pas des médicaments, ils n’ont pas à apporter la preuve de leur efficacité.

Certains compléments alimentaires ont un intérêt reconnu par la communauté médicale. Il s’agit notamment de la vitamine B9 (acide folique) pris pendant le 1er et le 2ème trimestre de la grossesse pour éviter certaines malformations congénitales, du fer et de la vitamine B12 pour lutter contre l’anémie chez les femmes qui ont des règles très abondantes. Des compléments polyvitaminés peuvent aussi être bénéfiques pour les personnes ayant été opérées du tube digestif.

* Journal officiel – Arrêté du 9 mai 2006 relatif aux nutriments pouvant être employés dans la fabrication des compléments alimentaires – Version consolidée 19/11/2006 – Article Annexe 1.

 

Quels sont les risques éventuels ?

Les compléments alimentaires sont des substances actives, comme les aliments ou les médicaments, qui peuvent parfois déclencher des réactions secondaires. Il s’agit le plus souvent de problèmes digestifs (diarrhées, vomissements, nausées), allergiques ou liés au fonctionnement du foie (perturbation du bilan hépatique, coloration des urines, sensation de fatigue…) qui disparaissent après l’arrêt de la consommation. Les produits incriminés sont surtout ceux à visée minceur, pour la vitalité des cheveux et ceux qui agissent contre le cholestérol.

En 4 ans de surveillance, l’Anses a reçu près de 133 déclarations d’effets indésirables vraisemblablement liés à la consommation de compléments alimentaires. Dans certains cas, la consommation de compléments alimentaires peut être néfaste pour la santé. Avec par exemple un risque plus important de cancer de la peau ou du poumon chez les personnes qui consomment régulièrement des bêta carotènes (comprimés de préparation au bronzage). Il existe aussi un risque de surdosage chez les personnes prenant un traitement contre le cholestérol (statines) et en même temps des compléments alimentaires à base de levure de riz rouge (car il s’agit de statines naturelles).

 

Précautions d’usage

Pour  éviter la survenue d’effets indésirables, plusieurs recommandations :

  • acheter des compléments alimentaires de préférence dans une pharmacie, pour être conseillé et éviter les produits frauduleux
  • si vous prenez par ailleurs des médicaments, en parler d’abord avec votre médecin ou votre pharmacien pour éviter les interactions
  • respecter les doses recommandées, et ne pas mélanger plusieurs compléments ayant les mêmes fonctions, pour éviter le surdosage
  • ne pas oublier que les compléments alimentaires ne doivent pas être pris sur le long terme ni se substituer à l’alimentation
  • consulter son médecin et réaliser un bilan sanguin complet pour déceler une éventuelle carence, afin de déterminer le complément alimentaire
  • le plus adapté (c’est indispensable chez l’enfant, chez qui l’automédication par les compléments alimentaires ne doit pas être effectuée sans avis médical)
  • signaler à un professionnel de santé tout effet indésirable survenant suite à la consommation d’un complément alimentaire

 

Pour en savoir plus

  • Emilie Gillet
  • Crédit photo : Hill Street Studios

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Glossaire