Logo Essentiel Santé Magazine

Le ronflement au féminin

Contrairement aux idées reçues, les femmes ronflent presque autant que les hommes… Si ce sujet un peu tabou paraît léger, il est pourtant important de le traiter sans détour : différentes causes spécifiques au sexe peuvent, si l’on ne les traite pas, faire apparaître des problèmes plus sérieux. Explications.

Le ronflement au féminin

Tout le monde le sait : les femmes ronflent moins que les hommes. Et tout le monde à tort… ou presque. Si le nombre de jeunes ronchopathes (ronfleuses) est moindre, la parité se dessine doucement avec l’âge. « Les hormones féminines jouent un rôle important dans le tonus musculaire, l’élasticité cutanée et la masse graisseuse. La baisse de production d’œstrogènes à la ménopause a donc un fort impact : les voies respiratoires deviennent plus lâches et volumineuses, augmentant ainsi le risque de perturbations nocturnes. Au point de comptabiliser autant de ronfleuses que de ronfleurs à 50 ans passés », explique Eric Bonafos, ORL et chirurgien cervico-facial à la clinique du Parc de Castelnau-le-Lez. Selon l’étude de l’entreprise Withings, spécialisée dans les objets connectés, les ronfleurs de 75 ans les plus nombreux sont même… des ronfleuses.

Cette réalité physiologique semble toutefois difficile à accepter : une étude parue dans le Journal of Clinical Sleep révèle qu’1 ronfleuse sur 5 refuse de (se) l’avouer. L’honnêteté scientifique pousse même à faire un second constat, tout aussi désobligeant : madame est aussi bruyante que monsieur. Les mesures indiquent une intensité maximale moyenne de 50 décibels (Vs 51,7 dB) et une tonalité grave dans un cas sur deux.

Quelles sont les causes du ronflement chez les femmes ?

Les changements hormonaux post-ménopause ne sont pas la seule explication au taux élevé de ronfleuses. Certaines causes physiologiques sont similaires, et ce quel que soit le sexe : malformations, polypes ou pathologies affectant les voies respiratoires et la circulation de l’air. Mais l’augmentation des cas est surtout liée à des facteurs externes, qui voient les femmes « rattraper » les hommes en termes hygiéno-diététiques : selon Eric Bonafos, « le nombre de personnes touchées par un surpoids, qui progresse de façon alarmante, est à l’origine d’un épaississement des tissus de la gorge. La prise d’alcool contribue pour sa part à leur relâchement, de même que les médicaments myorelaxants, type somnifères ou anxiolytiques, que les femmes consomment plus que les hommes. Sans oublier le tabac, source potentielle d’inflammation et d’enflement des muqueuses. »

Grossesse et ronflement, un duo d’enfer…

Il existe un autre état favorisant des ronflements accrus : la grossesse. Entre perturbations physiologiques et prise de poids, les scientifiques estiment que 41 % des femmes enceintes ronflent lors du dernier trimestre de leur grossesse. Les ronchopathes chroniques (avant et pendant la gestation) accoucheraient même deux fois plus que les autres par césarienne et auraient 65 % de risque de donner naissance à un bébé plus petit que la normale. Pas d’inquiétude pour autant : si les jours post-partum peuvent être un peu plus stressants pour les parents, la santé future du bébé n’est pas menacée.

L’apnée du sommeil : un trouble à diagnostiquer

Comme chez l’homme, le ronflement est parfois un symptôme d’apnée du sommeil, caractérisée par des arrêts respiratoires courts, mais répétés tout au long de la nuit. Fréquente (4 % de la population), la pathologie peut entraîner des complications plus ou moins sévères : fatigue, somnolence, troubles cardiovasculaires… Des ronflements puissants et récurrents doivent donc inciter les femmes à faire entendre leur problème… au moins à un professionnel de santé qui saura diagnostiquer une apnée éventuelle et proposer une prise en charge adéquate.

  • Olivier Vachey
  • Crédit photo : Getty Images

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Glossaire