Vaccination contre la grippe : que faut-il faire en pleine épidémie de coronavirus ?

Chaque année, la grippe touche 2 à 8 millions de Français et provoque 10 000 à 15 000 décès. Pourtant, seulement 47,2 % des personnes à risque ont été vaccinées en 2018. En pleine crise sanitaire, médecins et députés rappellent la nécessité du vaccin antigrippal pour limiter « la cohabitation épidémique avec la Covid-19 » (1).

Vaccination contre la grippe

Les gestes barrières — port du masque, lavage des mains… — peuvent-ils protéger de la grippe ?

Les gestes barrières sont recommandés depuis de nombreuses années pour limiter la circulation du virus de la grippe. Ils devraient donc freiner sa propagation.

Se faire vacciner contre la grippe protège-t-il de la Covid-19 ?

Le vaccin contre la grippe ne protège pas du SARS-CoV-2. Toutefois, le docteur Sylvaine Le Liboux, secrétaire générale du syndicat Les généralistes-CSMF, est catégorique : « Se faire vacciner en période de Covid-19 aidera à la différenciation des deux maladies puisque leurs symptômes se ressemblent. »

De surcroît, cela diminuera les hospitalisations dues à la grippe et « permettra de libérer des lits d’hospitalisation et de réanimation pour les patients atteints du coronavirus ».

La praticienne observe que la pandémie a plus sensibilisé les patients au vaccin contre la grippe. « C’est ce que l’on constate en consultation dans nos cabinets. Il faut espérer que nous vaccinerons plus que les années précédentes. »

« Protéger soi-même et son entourage »

De manière générale, pourquoi est-il conseillé de se faire vacciner contre la grippe ?

La prévention de la grippe est un enjeu de santé publique. Contagieuse, cette maladie saisonnière tue chaque année des milliers de personnes, car elle touche le système respiratoire et peut prendre des formes graves. En 2018, elle a entraîné 1,8 million de consultations dans les cabinets médicaux, 11 000 hospitalisations et 9 900 décès (2).

Conseillé à tous, le vaccin contre la grippe est surtout recommandé aux personnes dites fragiles, c’est-à-dire aux plus de 65 ans, aux personnes atteintes d’une maladie chronique, aux femmes enceintes… Des sujets par ailleurs plus vulnérables face au coronavirus. « La vaccination réduit le risque de complications. C’est un moyen efficace de protéger les personnes les plus sujettes aux formes graves de grippe », note l’Assurance Maladie.

« Le vaccin contre la grippe permet de se protéger soi, mais aussi de protéger son entourage à la fois personnel et professionnel », souligne le docteur Sylvaine Le Liboux. « Malheureusement, il y a une couverture vaccinale insuffisante chez les personnes à risque. En 2018, seules 47,2 % d’entre elles ont eu recours à la vaccination. »

Les soignants sont-ils vaccinés contre la grippe ?

« Le vaccin est aussi fortement conseillé aux professionnels de santé en contact régulier avec des personnes à risque de grippe grave », précise l’Assurance Maladie. Et le docteur Le Liboux de compléter : « Cela devrait être obligatoire pour tous les soignants, en particulier dans les établissements de santé et les Ehpad, comme l’est le vaccin contre l’hépatite B. On devrait également réfléchir à la prise en charge du vaccin antigrippal pour les aides à domicile, les ambulanciers, les enseignants, les personnels de crèche, les assistantes maternelles. »

Les modalités de vaccination sont simplifiées

Quand peut-on se faire vacciner ?

Pour être efficace, le vaccin doit être inoculé avant la période d’épidémie, dès le début de la campagne de vaccination, qui est lancée, cette année, le 13 octobre. Il faut compter environ quinze jours entre le moment de la vaccination et celui où l’on est protégé contre la grippe.

Qui est habilité à vacciner contre la grippe ?

Le vaccin peut être pratiqué par le professionnel de son choix : médecin, sage-femme, infirmier(e), pharmacien volontaire. « La possible vaccination en pharmacie n’a pas augmenté la couverture vaccinale par manque de concertation entre professionnels de santé », regrette la secrétaire générale du syndicat Les Généralistes-CSMF. « Elle représente une augmentation de moins de 1 % des vaccins effectués. Nous devons atteindre une meilleure coordination entre nous tous pour améliorer la couverture vaccinale de nos concitoyens. »

Le vaccin est-il pris en charge ?

Le vaccin est pris en charge intégralement par l’Assurance Maladie pour les personnes âgées de plus de 65 ans, les malades atteints de certaines maladies chroniques (diabète, asthme, insuffisance respiratoire…), les professionnels de santé. Selon les garanties de votre mutuelle, elle peut prendre le vaccin en charge.

Depuis la saison 2018-2019, les modalités de vaccination sont simplifiées pour les adultes qui se font vacciner pour la première fois. L’Assurance Maladie rappelle que « toutes les personnes de 18 ans et plus pour lesquelles la vaccination antigrippale est recommandée peuvent désormais retirer directement leur vaccin à la pharmacie, sur simple présentation de leur bon de prise en charge de l’Assurance Maladie ou de la Mutualité sociale agricole ». Pour les personnes de moins de 18 ans, la prescription médicale reste indispensable.

Qu’en est-il des effets indésirables du vaccin ?

Le vaccin est bien toléré dans l’ensemble. Les réactions indésirables éventuelles sont bénignes et transitoires. La plus fréquente étant une douleur à l’endroit où la piqûre est effectuée.

(1) Termes employés dans une tribune signée par 75 députés de la majorité et publiée dans le Journal du dimanche.

(2) Source : Bulletin épidémiologique hebdomadaire du 17/04/2019 – Santé publique France.

 

  • Crédit photo : Getty Images
Auteur article
Patricia Guipponi

journaliste généraliste spécialisée notamment en social et santé.

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.