Vrai/faux sur les antibiotiques

Si les antibiotiques sont efficaces contre les bactéries, en abuser ou les prendre à mauvais escient peut s’avérer être contre-productif. Pourquoi, quand et comment prendre des antibiotiques ? Le point sur quelques idées reçues.

Vrai/faux sur les antibiotiques

Les antibiotiques ne sont pas efficaces contre la grippe.

VRAI. La grippe est une infection due à un virus et non à une bactérie, les antibiotiques ne seront donc d’aucune utilité. Chez les personnes en bonne santé, la grippe guérit d’ailleurs spontanément en 7 à 8 jours. Toutefois, si la fièvre persiste au-delà de quatre jours, si elle réapparaît après une amélioration ou encore si l’état général du malade se dégrade, il est recommandé de consulter. Il peut s’agir d’une co-infection (virus/bactérie) ou d’une complication bactérienne (sinusite, otite moyenne aiguë, pneumopathie bactérienne, bronchite, angine bactérienne…) qui justifie la prescription d’antibiotiques.

Les antibiotiques, c’est mauvais pour la santé.

FAUX. « Avec l’hygiène et l’amélioration de la qualité de la nourriture, c’est un des facteurs majeurs de l’allongement de la durée de la vie », affirme Patrice Nordmann, professeur de microbiologie à l’université de Fribourg (Suisse) et directeur de recherche au laboratoire Inserm, à titre étranger. Il précise : « Si l’on confronte les bénéfices et les risques liés à leur consommation, on ne peut que les recommander. » Il convient cependant de respecter les posologies indiquées et de ne pas tomber dans la surconsommation qui, à long terme, pourrait les rendre inefficaces.

Vrai/faux antibiotiques - durée du traitement

On peut arrêter le traitement dès que l’on se sent mieux.

FAUX. Il faut respecter à la lettre la posologie et la durée prescrites par le médecin. Ne plus avoir de fièvre ni ressentir de symptômes ne veut pas dire que l’on est guéri. Si la bactérie responsable de la maladie n’est pas éliminée, on risque une rechute. L’autre inconvénient d’une antibiothérapie trop courte est de favoriser l’apparition de bactéries résistantes à l’antibiotique utilisé. « Certaines bactéries résistantes, agressées et encore présentes dans l’organisme, vont alors devenir plus nombreuses et se renforcer », explique Patrice Nordmann.

Les antibiotiques fatiguent.

FAUX. C’est l’infection et la fièvre qui peuvent « mettre à plat », car l’organisme dépense une grande quantité d’énergie pour y faire face. D’ailleurs, souvent, même après l’arrêt des antibiotiques on continue de se sentir fatigué parce que l’infection a laissé des traces dans un organisme malade, donc affaibli. Il peut arriver que les antibiotiques entraînent des effets indésirables tels que diarrhée, vertiges, tremblements qui effectivement, eux, fatiguent.

Vrai/faux antibiotiques - alcool

On ne peut pas boire d’alcool quand on prend des antibiotiques.

VRAI & FAUX. Contrairement à la légende, boire un verre de vin ne rend pas les antibiotiques moins efficaces. En revanche, alcool et antibiotiques ne font pas toujours bon ménage et les risques d’effets indésirables (troubles digestifs, nausées…) augmentent. De plus, certains antibiotiques rendent notre corps incapable de dégrader convenablement l’alcool consommé. Celui-ci reste alors plus longtemps dans l’organisme, sous une forme toxique. Il est donc fortement conseillé d’éviter de boire de l’alcool durant un traitement antibiotique. Et, dans le doute, d’en parler avec son médecin traitant.

POINT DE VUE

« Des bactéries de plus en plus résistantes »

Philippe Glaser, responsable de l’unité Écologique et évolution de la résistance aux Antibiotiques à l’Institut Pasteur.

Philippe Glaser
Crédit : DR

Un traitement n’est jamais efficace à 100 % contre toutes les bactéries. Certaines d’entre elles survivent, soit en raison d’une mutation de leur patrimoine génétique soit parce que d’autres bactéries leur ont transmis un gène de résistance à un ou plusieurs antibiotiques. Ce phénomène est favorisé par la surconsommation des antibiotiques, avec pour conséquence l’augmentation des bactéries multirésistantes. En France, tout patient admis à l’hôpital alors qu’il est porteur d’une souche multirésistante fait l’objet d’un suivi visant à éviter la transmission. En plus d’améliorer la détection, la priorité est de développer de nouveaux antibiotiques. Ce domaine de recherche, un temps délaissé, a été réactivé par certains laboratoires publics et privés. À ce jour, il n’existe pas d’alternative scientifiquement validée à l’antibiothérapie. Mais des travaux sont poursuivis, notamment dans le domaine de la phagothérapie, dont le principe est de guérir les infections en introduisant dans l’organisme des virus capables de s’attaquer aux bactéries.

  • Matthieu Perotin
  • Crédit photo : Bérengère Staron (illustrations)

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Glossaire