En télétravail, un Français sur deux est dérangé par le bruit

Pendant le confinement, de nombreux salariés ont eu recours au télétravail. Une enquête Ifop parue ce mois-ci pour l’association Journée nationale de l’audition montre que même dans son salon, les conséquences du bruit sur la santé auditive perdurent, voire s'aggravent.

Le télétravail ne serait pas une solution pour protéger son audition. C’est la conclusion d’une enquête menée par l’Ifop sur demande de Journée nationale de l’audition (JNA). Au travers de cette enquête, l’association cherche à prouver et alerter des dangers inhérents au bruit. Il faut créer une « nouvelle écologie de la santé au travail », selon son président, le Pr Puel. Laurianne Rossi, députée et présidente du Conseil parle elle « d’une pollution sonore qui doit tous nous mobiliser de manière à en faire un enjeu de santé publique », le bruit étant trop souvent le grand oublié des politiques environnementales et sanitaires.

Depuis l’épidémie de Covid-19, le télétravail est plus répandu, puisque plus d’un actif sur trois travaille désormais à distance (34 %). Parmi eux, plus d’un sur deux affirme être gêné par le bruit qu’il y a autour. Ordinateur capricieux, conversations téléphoniques à répétition, cris des enfants ou dispute chez le voisin, tous décrivent des situations mettant à mal leur audition.

Pire encore, une majorité de télétravailleurs se déclare affectée par des difficultés auditives depuis la crise sanitaire. Ainsi, « un actif en poste sur deux fait part de difficultés de compréhension de la parole lors de conversations téléphoniques, dont environ trois sur cinq en situation de télétravail », explique Romain Bendavid, directeur du Pôle Corporate et Climat Social pour l’Ifop. Il y a même 66 % des sondés qui affirment avoir eu du mal à communiquer avec leurs proches. Le lieu de travail se confondant avec le lieu de vie, la frontière est désormais poreuse et les conséquences néfastes du bruit s’immiscent dans la sphère privée.

Aussi, pour plus de 80 % des télétravailleurs, l’enquête note que la pollution sonore a des répercussions sur les comportements (fatigue, nervosité, agressivité) et dégrade la qualité de travail (concentration, lenteur). Dans plus de 70 % des cas, l’équilibre général de la santé (somnolence, maux de tête, anxiété) voire l’apparition de troubles auditifs (bourdonnements d’oreilles, hypersensibilité au bruit, surdité) est constatée.

 

Les jeunes : plus concernés ?

Dans la plupart des situations, les jeunes sont surreprésentés, notamment les 18-24 ans, qui sont 85 % à avoir rencontré des problèmes auditifs lors d’appels collectifs en visioconférence (contre 74 % en moyenne) ou encore 94 % lors d’appels téléphoniques (contre 73 %). Pour eux aussi, les nuisances sonores ont fortement impacté leurs échanges personnels, puisque 82 % des 18-24 ans assurent avoir déjà eu des difficultés à comprendre leurs proches depuis la crise sanitaire (contre 66 %).

D’ailleurs, près de 97 % d’entre eux (contre 62 % en moyenne) utilisent un casque ou des écouteurs pour s’isoler ou écouter de la musique depuis la crise sanitaire. Une mauvaise habitude puisque « dans de récentes enquêtes qu’a mené l’Ifop pour la JNA, on a vu que l’utilisation d’un casque ne va pas toujours de pair avec une protection auditive et les conséquences sur sa santé auditive », rappelle Romain Bendavid.

Face à cela, beaucoup ont d’ailleurs été amenés à consulter, puisque la moitié des télétravailleurs affirme avoir vu au moins un médecin. « La réalisation d’un test tend même à s’accentuer depuis la crise sanitaire (…) on se rend compte que les gens ont un comportement plus responsable mais cela prouve aussi l’importance des dommages auditifs subis », d’après Romain Bendavid.

 

Cette enquête Ifop a été réalisée via Internet entre le 11 et le 14 septembre 2020, auprès d’un échantillon de 1 064 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas).

 

  • Estelle Hersaint
  • Crédit photo : Getty Image

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.