Logo Essentiel Santé Magazine

À Augan, en Bretagne, la coopérative Le Champ commun participe à la vie en communauté

Le Champ commun est la coopérative à l’origine de la dynamique du bar-épicerie-brasserie-auberge-restaurant, situé à Augan dans le Morbihan. En plus de rendre service aux habitants, la coopérative souhaite les inciter à participer à la vie de leur village et faire se rencontrer des populations d’horizons différents.

À Augan, en Bretagne, la coopérative Le Champ commun participe à la vie en communauté

Au départ, l’équipe du Champ commun souhaitait fonder « une maison commune, un peu comme une maison des citoyens, explique Mathieu Bostyn, cofondateur de la coopérative. Notre seconde motivation consistait à faire de la politique, ensemble, au quotidien, au-delà de la démocratie représentative ». Avec l’idée « d’une communauté qui se prend en charge par elle-même ». Voilà pour la théorie.

« Parlement du peuple »

En pratique, le groupe de copains s’est demandé ce dont avait besoin la population de cette commune de 1 500 habitants. « Ce qui fait communauté, c’est l’église, la mairie, l’école et les commerces de proximité, rappelle le cofondateur. En la matière, cela fait des années que les territoires ruraux assistent à la disparition de leurs petits commerces, au profit de zones commerciales ou d’activités, moches, accessibles seulement en voiture, encouragées depuis des années par les politiques ».

Leur choix est fait, conforté d’ailleurs par une citation de Balzac qui sied à leur philosophie : « Le café est le parlement du peuple », rappelle Mathieu Bostyn.

Pour tous les goûts

En janvier 2010, ouvre alors le bar Le Champ commun, auto-construit comme le reste du projet, grâce à la mobilisation des associés-sociétaires de la coopérative, des habitants et des jeunes du coin. Le lieu a vocation à accueillir toutes les populations. Pour cela, un important travail d’animation et de programmation est effectué. Concerts rock ou de musique celtique, ateliers mémoire, soirées jeux, bals, théâtre d’improvisation, veillée chants… il y en a pour tous les goûts.

« L’objectif du Champ commun, c’est avant tout de créer un espace où les gens se retrouvent, pour échanger, se mélanger entre générations, catégories socio-professionnelles et courants politiques… ».

Faire communauté

Quelques mois plus tard, avec la même philosophie, l’épicerie ouvre ses portes. On y trouve aussi bien les produits bio d’une soixantaine de producteurs locaux que du camembert d’une marque très connue pour toucher tous les habitants, notamment les personnes âgées. Dans la foulée, une brasserie qui fabrique une bière artisanale locale puis une auberge-restaurant sont inaugurées.

« Ces commerces de proximité apportent des services aux habitants, explique Mathieu Bostyn. Par exemple, les personnes âgées peuvent faire leurs courses en toute autonomie, on peut les aider s’il faut ramener les courses à la maison. L’épicerie est également accessible aux personnes à mobilité réduite. On veut vraiment faire communauté. On réfléchit à la manière de s’entraider et de vivre ensemble ».

Aujourd’hui, la coopérative compte 14 salariés, 180 sociétaires et une soixantaine de paysans locaux fournisseurs. Et le projet fait des émules alentours. À tel point que l’équipe, régulièrement sollicitée, a mis en place une activité appelée « Essaimage » consacrée à l’accompagnement des collectifs d’habitants porteurs de projets. Pour le cofondateur, cette tendance s’ancre dans les territoires : « Il y a une volonté forte de créer des commerces de proximité et de le faire collectivement ».

Pour en savoir plus :

  • Alexandra Luthereau
  • Crédit photo : Fabrice PICARD

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Glossaire