Cravate solidaire : avoir le costume de l’emploi

L’habit ne fait pas le moine, mais il y contribue. Avec ce slogan, La Cravate Solidaire aide les personnes en recherche d’emploi à avoir la bonne tenue et la bonne attitude pour leurs entretiens.

Cravate solidaire : avoir le costume de l’emploi

Pas évident, quand on ne roule pas sur l’or, de dépenser la moitié de son loyer dans l’achat d’un costume, avant un entretien d’embauche ou ses premiers jours de travail. Cette situation,Yann, Nicolas et Jacques-Henri, trois étudiants en école de commerce, l’ont eux-mêmes vécue avant d’avoir l’idée de créer La Cravate Solidaire.

Lancée en 2012, à Paris, cette association récupère vêtements et accessoires (costumes, tailleurs, chemises, robes, ceintures, chaussures…), qu’elle offre ensuite à des étudiants et des demandeurs d’emploi qui n’ont pas les moyens de les acheter neufs.

Pour cela, elle collecte des vêtements auprès de sociétés du textile et bénéficie d’invendus ou de fins de séries de la part d’enseignes qui, de leur côté, peuvent défiscaliser ce don. D’autres entreprises se mobilisent et organisent des journées de collecte dans leurs locaux. Des particuliers la contactent également, lorsqu’ils souhaitent se débarrasser de vêtements, devenus inutiles, et en faire profiter à ceux qui en ont besoin.

 

Bientôt d’autres « Cravates Solidaires » ?

Mais nos trois étudiants se sont rendu compte qu’avoir une tenue adéquate ne suffisait pas. L’association propose donc aussi du conseil en image et des simulations d’entretien d’embauche, dispensés par des professionnels des ressources humaines et du relooking, tous bénévoles.

La Cravate Solidaire a déjà aidé plus de 250 personnes depuis sa création. Elle travaille notamment avec des associations et une mission locale, mais beaucoup viennent également jusqu’à elle grâce au bouche-à-oreille ou via son site internet. L’association a parfois des difficultés à faire face à la demande, faute de temps et de moyens. Et les trois fondateurs sont régulièrement sollicités afin de créer des antennes dans d’autres régions… et même en Belgique. Preuve, s’il en est, de son utilité.

 

« Remettre la personne en confiance »

Jacques-Henri Strubel, l’un des fondateurs de La Cravate Solidaire et actuel président

« Avec notre association, on a envie de lutter contre les inégalités, mais pas seulement. L’idée, c’est surtout de remettre la personne en confiance. Quand elle se voit dans la glace avec des vêtements qu’elle n’a pas l’habitude de porter, c’est une image positive d’elle-même qui se reflète. Et il est clair que la réussite de l’entretien d’embauche ne se joue pas que sur les compétences. L’attitude et l’impression que l’on dégage comptent aussi beaucoup.

C’est pourquoi on travaille également sur la communication non verbale (bien serrer la main, savoir sourire…). Et après une simulation d’entretien, la personne en recherche d’emploi se sent plus à l’aise le jour J et met ainsi toutes les chances de son côté. »

  • Angélique Pineau
  • Crédit photo : photolibre.fr

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.