Entretien avec Alexandre Jardin

L’écrivain a lancé Bleu Blanc Zèbre, un mouvement d’initiatives citoyennes, porteuses de solutions. Ce « drôle de zèbre », utopiste et joyeux, nous conjure de ne pas sous-estimer la France et les Français. Et appelle chacun d’entre nous à se mobiliser : « Aux actes citoyens ! »*.

Pourquoi avoir créé « Bleu Blanc Zèbre » ?

On voit bien, ces dernières années, que les Français ne se sentent plus écoutés ni compris. Et sont tentés par le vote contestataire. Donc si on ne s’occupe pas – rapidement – de leurs problèmes, cela va mal tourner. Or, je souhaite que l’optimisme revienne dans ce pays ! D’autant plus que les solutions existent bel et bien. Des tas de gens proposent des réponses concrètes et durables. Ceux que j’appelle les « Faizeux », en opposition aux « Diseux » qui parlent beaucoup mais ne font pas grand-chose.

Et n’ont plus aucun crédit moral. L’objectif de ce mouvement est de fédérer ces initiatives isolées, qu’elles servent de modèle et soient reproduites ailleurs. Bleu Blanc Zèbre est un « do-tank » et non un « think-tank », dont les jolis rapports restent sur les étagères. On n’a plus le temps de réfléchir, il faut agir maintenant !

* La devise de Bleu Blanc Zèbre.

 

L’animal est une référence à votre célèbre roman**. Pour vous, c’est quoi un « Zèbre » ?

C’est quelqu’un qui refuse la fatalité et raisonne « hors du cadre », qui se prend en main et le fait avec joie. La joie est un grand carburant, vous savez ! Quand je pense à Guillaume Bapst, à l’origine de l’ANDES (le réseau des épiceries solidaires) qui nourrit des milliers de personnes, ou aux créateurs du Compte Nickel grâce auquel les interdits bancaires retrouvent un peu de dignité, je me dis qu’il fallait un sacré culot – voire être un peu fou – pour y croire. Pourtant, ils l’ont fait !

Comme je m’étonne que Lire et faire lire*** réussisse aujourd’hui à mobiliser 16 000 bénévoles qui vont dans les écoles faire la lecture à 400 000 enfants. Et ce ne sont que des exemples parmi tant d’autres. C’est une véritable révolution solidaire qui s’engage.

** « Le Zèbre », publié en 1988 chez Gallimard, qui a obtenu le prix Femina la même année.
*** Association qu’il a contribué à créer.

 

Qui sont vos zèbres ?

Ce sont aussi bien des citoyens (étudiants, retraités, parents…), des maires, des militants associatifs, des entrepreneurs (de l’économie sociale et solidaire, collaborative ou classique), des fonctionnaires… Bleu Blanc Zèbre ressemble parfois au mariage de la carpe et du lapin. Mais tous sont réunis sur un même critère : le passage à l’acte. Les bonnes idées viennent de partout. Car c’est à nous tous d’agir ! Il n’y a rien de plus déprimant que de subir, de rester à gémir devant sa télé.

 

Avec votre mouvement, vous entendez peser sur les présidentielles de 2017. Comment ?

On ne peut plus laisser notre pays à des partis phagocytés par des énarques, qui pensent à notre place. L’idée est de devenir une force suffisamment puissante pour imposer aux principaux partis politiques (de droite, de gauche et du centre) une alliance avec les « Faizeux » : la société civile qui a acquis une légitimité grâce à son action. Pour que les bonnes pratiques changent d’échelle. S’ils jouent le jeu et acceptent de signer des contrats de mission, on n’aura pas besoin de présenter notre propre candidat. Toutefois, s’il faut en arriver à ce rapport de force, ce serait un échec, mais on le fera. Même si notre but n’est pas de nous faire élire.

Les initiatives recensées sur bleublanczebre.fr forment des « bouquets de solutions » (éducation, accès à l’emploi…) qui sont autant de services opérationnels dont les maires peuvent d’ores et déjà se saisir.

 

Que dirait « le Zubial » de tout cela (le nom qu’il donnait à son père**** N.D.L.R.) ?

Je crois que cela l’amuserait beaucoup, que ça l’emballerait même. Lui aussi vivait « hors du cadre » et c’était quelqu’un qui n’obéissait pas à ses peurs. Et c’est quand même une belle bande d’imprudents que l’on est en train de rassembler. J’ai envie qu’à travers eux on retrouve l’esprit de la France Libre où des gens très différents partageaient un même idéal. À l’opposé de celui qui animait mon grand-père, Jean Jardin, directeur de cabinet de Pierre Laval à Vichy, pendant l’Occupation. Je ne veux pas que notre pays cède de nouveau à cette idée que l’on peut « trier » les hommes.

C’est aussi pour cela que, lorsque j’avais 15 ans, j’ai écrit à mon père peu de temps avant sa mort qu’un beau jour je prendrai soin de la France. Avec une joie que rien ne calmerait.

**** Pascal Jardin était écrivain et scénariste. Son fils lui a consacré un livre, « Le Zubial », publié en 1997.

 

Alexandre Jardin en 5 dates

  • 1965  : naissance en région parisienne
  • 1980  : décès de son père, Pascal Jardin, que ses enfants appelaient « le Zubial »
  • 1986  : sortie de « Bille en tête », qui a reçu le Prix du premier roman
  • 1999  : création de l’association Lire et faire Lire avec le journaliste Pascal Guénée
  • 2014  : lancement du mouvement citoyen Bleu Blanc Zèbre

 

Pour en savoir plus

  • Dans son livre « Laissez-nous faire… on a déjà commencé », Alexandre Jardin explique les racines du mouvement Bleu Blanc Zèbre et le rôle que ce dernier pourrait jouer dans la prochaine campagne présidentielle (publié en avril 2015 aux éditions Robert Laffont, 17 euros).
  • Lancé en mars 2014, le site bleublanczebre.fr recense plus d’une centaine d’initiatives. Pour chacune d’entre elles, en plus de la présentation de l’action et de son instigateur, il vous indique comment les soutenir. Que vous disposiez pour cela d’une minute, d’une heure ou d’un jour.
  • Propos recueillis par Angélique Pineau
  • Crédit photo : Thomas Gogny

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.