Logo Essentiel Santé Magazine

Lutter contre l’illettrisme

La lutte contre l’illettrisme a été déclarée Grande cause nationale en 2013. L'objectif est de permettre à tous et à tous les âges de la vie de réacquérir et de consolider des savoirs simples, pour faire face à des situations de la vie courante.

Lutter contre l’illettrisme

Un savoir oublié

Souffrir d’illettrisme, c’est ne plus être capable de déchiffrer un texte et d’en comprendre le sens, alors qu’on a pourtant été scolarisé et qu’on a appris à lire plus jeune. Cette difficulté survient lorsque l’apprentissage a été trop fragile, et/ou que les années passant, on a manqué de pratique permettant d’entretenir ce savoir. L’illettrisme ne doit pas être confondu avec l’analphabétisme, lorsqu’une personne n’a jamais appris à lire, ou avec les difficultés d’un étranger qui découvre une nouvelle langue.

Les enquêtes menées par l’Agence Nationale de lutte contre l’illettrisme montrent que l’illettrisme concerne tous les âges et surtout toutes les couches de la société. Il ne s’agit donc pas d’un problème lié à l’exclusion : la majorité des personnes touchées sont en effet insérées dans la vie professionnelle.

 

Se faire aider

L’illettrisme n’est pas un problème irréversible : on peut réapprendre à lire à n’importe quel âge. Selon sa situation sociale et professionnelle, et surtout selon ses besoins, il existe différentes méthodes adaptées permettant de réacquérir les bases.

Face à une situation urgente, notamment des démarches administratives, on peut solliciter l’aide des centres d’action sociale ou même s’adresser à un écrivain public.

Pour réapprendre à lire, mais aussi à écrire et à effectuer des calculs simples, on peut choisir de suivre une formation. Elles sont très nombreuses sur tout le territoire, la plupart sont gratuites et ouvertes à tout public. Il faut se renseigner auprès des centres d’action sociale ou des services municipaux de médiation sociale, mais aussi auprès des groupements d’établissements publics locaux d’enseignements (GRETA*) ou des centres ressources illettrisme et analphabétisme (CRIA) qui existent dans certains départements.

Pour les salariés, des programmes de remise à niveau en lecture et écriture peuvent être entrepris dans le cadre d’un droit individuel à la formation (DIF). Dans ce cas, le coût de la formation est pris en charge par l’entreprise du salarié, et celle-ci peut même se dérouler sur le temps de travail. Pour bénéficier d’un DIF, il faut en faire la demande à son employeur.

Enfin, certains établissements pénitentiaires proposent aussi des programmes de lutte contre l’illettrisme.

* Les Greta sont des structures de l’éducation nationale qui organisent des formations pour adultes dans la plupart des métiers. Il en existe plusieurs dans chaque académie.

 

Aider les autres

Au quotidien, on rencontre parfois des personnes qui ont du mal à lire ou à comprendre un document, et qui s’excusent par exemple en disant qu’elles ont oublié leurs lunettes à la maison. Il ne faut surtout les stigmatiser, mais au contraire les aider. Si vous souhaitez aller plus loin, vous investir par exemple auprès d’une association de lutte contre l’illettrisme, vous pouvez par exemple vous informer sur le site de l’Agence Nationale de lutte contre l’illettrisme.

Si dans votre entreprise ou sur votre lieu de travail vous côtoyez des personnes ayant des difficultés à lire, vous pouvez mettre en place différentes actions pour les aider : utiliser par exemple des pictogrammes plutôt que des textes pour les consignes de travail et de sécurité, proposer des formations…

À savoir : Les assises nationales et européennes de la lutte contre l’illettrisme auront lieu les 13, 14 et 15 novembre prochain à Lyon (télécharger le programme)

 

Pour en savoir plus

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Glossaire