Le numérique : menace pour le lien social ?

Depuis l’avènement d’Internet, les relations sociales seraient en déclin. Et les outils numériques nuiraient au vivre-ensemble. Mais qu’en est-il vraiment ?

FAUX : Internet abolit les distances

Alors que 5 millions de Français sont seuls*, la famille et les amis restent pour beaucoup d’entre nous des valeurs « refuges ». Et en cas d’éloignement, les échanges numériques (mails, messageries instantanées et autres réseaux sociaux) aident souvent à maintenir les liens avec un proche parti vivre dans une autre région ou à l’autre bout de la planète. Plutôt que d’isoler, Internet peut donc rapprocher. Toutefois, les réseaux sociaux en ligne ne compensent pas toujours le sentiment de solitude puisque 80 % des personnes seules ne les fréquenteraient pas.*

* « Les solitudes en France », Observatoire de la Fondation de France, 2014.

 

VRAI : un outil pour harceler, diffamer

Des personnalités ont récemment quitté les réseaux sociaux, s’estimant insultées, harcelées. Sous couvert d’anonymat, la parole de certains « fans » serait libérée. Et les actions en diffamation de plus en plus courantes. Quant au cyberharcèlement, il toucherait 6 % des élèves, qui se disent agressés de façon répétée sur Internet*. Si ces violences ont toujours existé, elles sont plus difficiles à gérer du fait du phénomène de masse.

* Selon le ministère de l’Éducation nationale, voir le site Non au harcèlement.

 

VRAI : une amitié pas toujours « réelle »

100, 500, 1 000… Le nombre d’« amis » affichés sur les réseaux sociaux peut atteindre plusieurs milliers, voire millions. Rien à voir ici avec l’amitié au sens d’Aristote, pour qui « ce n’est pas un ami que l’ami de tout le monde ». D’autant que les liens entre deux personnes d’un même réseau se limitent parfois à la lecture ou à l’écriture d’un commentaire de temps à autre. Et ne se poursuivent pas toujours en face-à-face. Mais l’intérêt d’Internet, c’est aussi de pouvoir retrouver ses amis d’enfance.

 

FAUX : Internet apporte un soutien moral

L’émergence du numérique a suscité bien des peurs, parmi lesquelles le risque d’isolement. À l’inverse, il peut aider à se sentir moins seul. Ces dernières années, l’information santé (certes plus ou moins sérieuse) ainsi que les réseaux de malades se sont beaucoup développés sur le Web. Qu’ils soient dédiés à une maladie chronique ou à une pathologie rare, ces derniers permettent à ceux qui en sont atteints de s’échanger des conseils (via des forums) et surtout de se soutenir moralement. Des communautés de patients qui, en se fédérant, peuvent également mieux faire valoir leurs droits.

 

FAUX : il sait aussi se faire solidaire

À l’image des pétitions en ligne ou des réseaux sociaux lors des révolutions arabes, Internet est également utilisé pour mobiliser ses concitoyens. Et certaines initiatives solidaires peuvent avoir un écho bien plus large grâce à lui, comme l’appel au don à travers le financement participatif par exemple. Les porteurs de projet ont compris l’intérêt de ce média de masse pour donner plus de visibilité à leurs actions. Même s’il est toujours plus facile de rassembler les foules lorsqu’on est déjà quelqu’un de très « suivi ». Quant aux réseaux d’entraide entre voisins, ils retrouvent une nouvelle jeunesse avec les applications et sites de partage.

 

Le point de vue d’Antonio A. Casilli, sociologue et chercheur à Télécom Paris Tech*

internet-menace-lien-social_medaillon_-antonio-av2-300x239« La peur de la désocialisation n’est pas née avec Internet. Dès l’apparition de la micro-informatique s’est posée la question de ses effets. Comme tout nouvel outil, il génère des fantasmes. Or, il n’y a pas plus de danger avec celui-ci. Les comportements de repli sur soi sont en réalité très minoritaires. Et les réseaux sociaux sont d’abord utilisés pour “connecter” des personnes qui se connaissent déjà.

Certes, la notion d’amitié a évolué. Auparavant plus privée, plus intime, on l’affiche aujourd’hui publiquement. En fait, Internet permet de maîtriser sa vie sociale, en mettant de la proximité ou de la distance.

Ce qui donne plus d’autonomie et de pouvoir. Le numérique ne menace pas le lien social, il le reconfigure et le rend “pluriel”. Pour autant, ce n’est pas la solution miracle à tous les maux de notre société. »

* Auteur des Liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ?, Seuil, 2010.

 

Pour en savoir plus

  • Angélique Pineau
  • Crédit photo : Bérangère Staron

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.