Logo Essentiel Santé Magazine

Les bienfaits de la marche rapide

User ses baskets sur le bitume ou sur les chemins de randonnée est aussi bénéfique pour le corps que pour l’esprit. Véritable activité physique d’endurance, la marche rapide est accessible à tous et peut être pratiquée partout.

Les bienfaits de la marche rapide

La marche rapide, également appelée marche active ou encore marche sportive, est un exercice qui procure de nombreux bienfaits à condition de mettre un pas devant l’autre à un rythme soutenu. Pour être considérée comme une activité sportive, elle doit s’effectuer à une allure allant de 6 à 8 kilomètres par heure, ce qui revient à parcourir entre 1,5 et 2 kilomètres en un quart d’heure. La marche rapide ne nécessite pas de gestuelle ou de technique spécifique comme c’est le cas pour sa version athlétique. Elle s’avère aussi plus douce pour les articulations que la course à pied qui, elle, provoque des chocs.

Plus endurants et moins essoufflés

Souvent mésestimée, la marche rapide mobilise pourtant tout le corps : pieds, mollets, jambes, fesses, hanches, ventre, bras… Elle sollicite également le cœur, renforçant ainsi le système cardiovasculaire. Cette pratique rend plus résistant à l’effort.

Les marcheurs sont en effet plus endurants et moins essoufflés dans leur vie quotidienne. Ils constatent aussi un résultat bénéfique sur leur moral : l’activité physique libérant des substances chimiques telles que les endorphines, elle favorise la détente et atténue les douleurs légères. Enfin, l’exposition à la lumière du soleil combinée à une respiration accélérée optimisant l’oxygénation réduit efficacement le stress tout en libérant le mental.

20 à 30 minutes trois fois par semaine

Pour profiter de ces atouts, il est recommandé de pratiquer la marche rapide pendant vingt à trente minutes, trois fois par semaine. La régularité de l’exercice physique est toujours plus payante que son intensité. Côté équipement, mieux vaut choisir des chaussures de running adaptées et confortables.

Pour s’échauffer, le marcheur peut débuter par une allure normale pendant cinq minutes avant d’accélérer et de soutenir le rythme, sans courir. La respiration doit être profonde et rythmée et le corps relâché au maximum. Il faut pouvoir parler normalement, sans être essoufflé. La meilleure technique de marche consiste à poser le talon en premier puis à dérouler le pied vers la pointe. En fin de balade sportive, il est conseillé de boire beaucoup d’eau pour limiter les courbatures.

  • Benoît Saint-Sever (ANPM-France Mutualité)
  • Crédit photo : Shutterstock

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Glossaire