De nouvelles mesures pour lutter contre le harcèlement scolaire

En France, environ un enfant sur dix est victime de harcèlement scolaire. Pour lutter contre ces violences répétées, qui peuvent être verbales, physiques ou psychologiques, le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse lance un vaste plan d’action.

De nouvelles mesures pour lutter contre le harcèlement scolaire

Menaces, insultes, bousculades, coups… Les jeunes victimes de harcèlement scolaire subissent des violences qui s’inscrivent dans la répétitivité : « il s’agit d’agressions qui se répètent régulièrement durant une longue période », indique le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse sur son site nonauharcelement.education.gouv.fr. Un enfant sur dix en subit et se retrouve souvent isolé dans sa souffrance.

Depuis 2012, et l’inscription du harcèlement scolaire dans la loi, le gouvernement multiplie les mesures pour lutter contre ces comportements très lourds de conséquences pour les jeunes victimes. Le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a récemment complété les actions gouvernementales par dix nouvelles mesures pour lutter contre le harcèlement scolaire.

Comment se faire aider en cas de harcèlement ?

  • Appeler le 30 20 en cas de harcèlement à l’école : des psychologues et professionnels de l’éducation sont à l’écoute des victimes, des parents ou de témoins d’une situation.
  • Le site netecoute.fr est consacré au cyber-harcèlement. Il est également possible de discuter ou de signaler une situation par e-mail, chat ou Messenger, ou encore de joindre gratuitement un interlocuteur au téléphone en composant le 0 800 200 000.

Sensibiliser les élèves

La sensibilisation des personnels enseignants, des encadrants, des familles mais avant tout des enfants se trouve au cœur de ce vaste plan d’action. La mise en place d’un programme anti-harcèlement destiné aux écoles et aux collèges, diffusé clé en main, fait notamment partie des mesures, ainsi que le lancement d’une campagne de communication à destination des élèves du premier degré. Un comité d’experts est également chargé d’enrichir les contenus de formation, et une liste d’intervenants spécialisés sera mise à disposition par le gouvernement pour animer des actions de prévention.

Une évaluation des établissements

Le « droit des enfants à suivre une scolarité sans harcèlement » sera officiellement inscrit dans le code de l’éducation et le nouveau Conseil de l’évaluation du système scolaire sera chargé de mesurer la « qualité du climat scolaire » de chaque établissement en France. En cas de signalement de harcèlement complexe, les écoles et les établissements pourront compter sur un réseau départemental d’intervention.

  • Capucine Bordet (ANPM-France Mutualité)
  • Crédit photo : Shutterstock

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.