Logo Essentiel Santé Magazine

Les seniors sont-ils heureux ?

Que veut dire « être heureux » lorsqu’on vieillit ? Pour sa troisième édition*, l’Observatoire de l’Âge**, réalisé par Viavoice pour Harmonie Mutuelle, l’Express et France Inter, se penche sur un enjeu essentiel : le bonheur.

Les seniors sont-ils heureux ?

Le bonheur serait le résultat d’un apprentissage tout au long de la vie. 84 % des personnes de 70 ans et plus et 72 % des résidents en établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) se déclarent heureux, selon l’Observatoire de l’Âge**, réalisé par Viavoice pour Harmonie Mutuelle, l’Express et France Inter. Mais ils affirment aussi que le bonheur prospère avec les années (pour respectivement 84 % et 62 %). Toutefois, à partir d’un certain âge, la dépendance peut contrarier cette évolution d’un bonheur tout au long de la vie. Si 25 % des seniors interrogés déclarent que plus on avance en âge, plus on est heureux, 31 % pensent le contraire.

 

Les trois grandes voies du bonheur

Invités à donner leur « définition du bonheur », les seniors ont majoritairement cité la santé (53 %), l’entourage (52 %) et l’idée de profiter de la vie (25 %).

Les personnes interrogées témoignent du besoin d’être entouré pour se sentir bien. 44 % des 70 ans et plus, qui vivent à leur domicile, disent que la présence de leur conjoint est importante. Et 67 % des résidents en Ehpad, plus isolés, affirment que leur bien-être tient beaucoup à la possibilité de voir du monde. Tous citent aussi la nécessité d’avoir une alimentation saine et équilibrée, d’être utile aux autres, d’avoir une activité physique et de vivre dans un environnement sain.

L’entourage a aussi un rôle prépondérant dans le sentiment de « bien vieillir ». 52 % des 70 ans et plus et 73 % des résidents en Ehpad indiquent l’importance de « garder leur entourage près d’eux », et témoignent de la fierté qu’ils éprouvent à l’égard de leurs enfants et de leurs petits-enfants. Par ailleurs, pouvoir « bénéficier d’un bon suivi médical » est cité par respectivement 41 % et 51 % des personnes interrogées comme l’une des conditions du « bien vieillir ».

Enfin, 60 % des personnes de 70 ans et plus et 60 % des résidents en Ehpad l’affirment : « Il faut vivre le moment présent ».
Selon eux, le « bien-être », le « bien vieillir » et les « petits bonheurs du quotidien », ces trois grandes voies du bonheur, peuvent se préparer tout au long de la vie en ayant « une vie saine et équilibrée », en étant « proche de sa famille », en étant entouré des bonnes personnes, en disposant d’un « logement adapté » et en ayant « une bonne mutuelle ».

 

Le bien-être se cultive

Les deux études précédentes de l’Observatoire de l’Âge** avaient permis de découvrir que contrairement aux idées reçues, une très large majorité des seniors se déclarent heureux. Dans cette dernière édition, ils rappellent que tel un art, le bonheur s’apprend, s’entretient, se prépare, prospère avec le temps, et qu’il est possible de le cultiver. Cela ne fait-il pas de la vieillesse une belle promesse ?

* La vague 1 de l’Observatoire de l’Âge a été réalisée en 2013 à l’occasion des dix ans de la canicule de 2003 (état des lieux du « Grand âge »). La vague 2 a été conduite en 2014 (intégration du « Grand âge » dans la société).
** Etude réalisée par téléphone auprès d’un échantillon représentatif de 1 000 personnes de 70 ans et plus, résidant à domicile, du 1er au 14 juin 2015. Et consultation en face à face auprès d’un échantillon de 100 résidents en Ehpad, dans la période du 6 au 22 juillet 2015.

 

La cartographie des gens heureux

En tenant compte du sens que revêt l’idée de bonheur pour chacune des personnes interrogées, 5 groupes se distinguent parmi les seniors de 70 ans et plus.

  • Les proactif disciplinés (19 %) : ils pensent que le bonheur doit se préparer par un équilibre de vie (alimentation, activité physique).
  • Les entourés comblés (19 %) : famille et amour sont pour eux les essentiels d’un grand bonheur qu’ils ne voient pas s’atténuer.
  • Les hédonistes (16 %) : ils sont moins attachés à la préparation du bonheur et ont tendance à penser que le bonheur grandit avec l’âge. Leurs amis, leur cadre de vie, leurs occupations, les sorties, sont pour eux les vraies composantes du bonheur.
  • Les philosophes (23 %) : le bonheur n’est pas une chose qui se prépare selon eux. La santé en est une composante essentielle.
  • Les résignés (23 %) : selon eux, le bonheur s’estompe avec l’avancée en âge. Bonheur et grand âge ne seraient pas véritablement compatibles.
  • Crédit photo : lovro77/iStock

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Glossaire