Sondage : les Français et les fake news en santé

Avez-vous déjà été confronté aux fake news ? Et qu’en pensez-vous, en particulier de celles qui touchent à la santé ? Pour le savoir, nous avons fait réaliser une étude. Et les résultats sont assez édifiants.

Sondage : les Français et les fake news en santé

Près d’un Français sur deux (44 %) a déjà été confronté à des fake news. Des informations qui se sont révélées, par la suite, mensongères. C’est ce qu’indique une étude*, réalisée par ViaVoice pour Essentiel Santé Magazine en novembre 2019. Un phénomène encore plus fréquent chez les jeunes (63 % des 18-24 ans et 56 % des 25-34 ans). Des jeunes qui utilisent davantage les réseaux sociaux pour s’informer.

Et tous ne sont pas restés insensibles à ces fausses informations. Près de la moitié des personnes qui y ont été confrontées se sont fait avoir (44 % y ont cru). Ce qui revient à dire qu’un Français sur cinq a déjà été trompé par une fake news. Une partie des sondés (18 %) a même conscience d’avoir déjà relayé une intox.

Fake news en santé : de graves conséquences

La santé est très exposée aux fake news. D’ailleurs, les personnes interrogées en ont conscience (près des deux tiers le pensent). 37 % estiment avoir déjà été confrontés à des fake news dans ce domaine. Parmi les sujets concernés : les médicaments et les soins (vaccination, médecine alternative, homéopathie…), certaines pathologies (diabète, anorexie, thyroïde, VIH…) ou encore la nutrition (compléments alimentaires, perte de poids et régimes…).

En revanche, 22 % des sondés ne savent pas s’ils ont déjà été en contact avec des fake news en santé. S’ils les repèrent moins facilement, ils peuvent donc être plus vulnérables à ce type d’informations. Et ainsi se faire avoir.

Or, croire à des fake news touchant à la santé peut avoir de graves conséquences. Une partie de ceux qui se sont fait duper ont changé leur comportement en fonction de celles-ci. Ce qui a conduit parfois à une aggravation de leur pathologie ou à l’apparition de nouveaux symptômes (comme une réaction allergique). Pour d’autres, l’arrêt de leur traitement habituel les a conduits à être hospitalisés. Par conséquent, ces informations mensongères sont clairement néfastes pour la santé.

Santé : auprès de qui s’informer ?

Alors quels sont les acteurs de confiance pour s’informer en matière de santé ? Leur médecin pour 92 % des Français, les pharmaciens et les établissements de santé pour 84 %, l’entourage proche pour 68 %. Les sites internet ne recueillent « que » 31 % des suffrages. C’est encore moins pour les réseaux sociaux (seulement 11 %).

En revanche, les mutuelles, à travers leur dispositif d’information comme leur magazine ou leur site internet, arrivent devant la presse spécialisée (67 % contre 62 %) et même les pouvoirs publics (52 %) comme le ministère de la santé. Elles pourraient donc constituer un rempart contre les fake news, au même titre que d’autres acteurs de confiance comme les professionnels de santé.

* Cette étude, intitulée Les « fake news » dans le domaine de la santé, a été réalisée en ligne par ViaVoice pour Essentiel Santé Magazine, en novembre 2019. Elle a été menée auprès d’un échantillon de 1 000 personnes, représentatif de la population française âgée de plus de 18 ans.

  • Crédit photo : Getty Images
Auteur article
Angélique Pineau-Hamaguchi

rédactrice en chef adjointe d’Essentiel Santé Magazine, spécialisée dans les sujets de société (environnement, économie sociale et solidaire…).

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.