Logo Essentiel Santé Magazine

« Agir pour l’emploi des personnes en situation de handicap »

Du 19 au 25 novembre, se tient la 22e édition de la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées (SEEPH) partout en France. Cette année, l'accent est mis sur les femmes car femme et handicap riment souvent avec double discrimination.

« Agir pour l’emploi des personnes en situation de handicap »

Des séminaires, des ateliers de travail, des séances de networking… Du 19 au 25 novembre 2018, de nombreux événements sont organisés en France et en Europe dans le cadre de la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées. Objectif ? Faciliter le contact entre les demandeurs d’emploi en situation de handicap et les entreprises. C’est l’association pour l’insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées (LADAPT) qui est à l’initiative de cette semaine. Et ce depuis 1997. L’occasion de faire le point avec Eric Blanchet, directeur général de LADAPT.

 

La situation de l’emploi des personnes handicapées en France s’est-elle améliorée depuis les cinq dernières années ?

Eric BlanchetÉric Blanchet : Non, malheureusement. Le taux de chômage des personnes reconnues handicapées n’a pas bougé. Il reste égal à 18 %, soit près du double de celui de la population en âge de travailler (10 %). Cette stagnation tient au fait que le nombre de personnes qui s’identifient en tant que demandeur d’emploi en situation de handicap a augmenté. La population de personnes handicapées vieillit, l’âge de la retraite recule mais aussi et surtout, de plus en plus de gens souffrent de maladies invalidantes, comme le cancer ou la sclérose en plaque. De leur côté, les entreprises françaises restent des mauvaises élèves en matière de recrutement des personnes handicapées. Si la loi leur impose d’en embaucher au minimum 6 %, la majorité d’entre elles n’atteignent pas les 3,5 %. Autant dire qu’il y a encore beaucoup de préjugés sur leurs compétences.

 

Vous mettez l’accent cette année sur les femmes en situation de handicap, pourquoi ce choix ?

E. B. : Les femmes en situation de handicap sont invisibles car les statistiques officielles ne prennent pas en compte le genre. Ceci étant, le rapport de l’association Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir de 2014 et celui de Défenseur des Droits de 2016 révèlent une dure réalité. Ils montrent que les femmes handicapées accèdent plus difficilement à la formation que leurs homologues masculins et encore moins à l’emploi. 22 % d’entre elles trouvent un emploi contre 46 % d’hommes handicapés. Beaucoup sont peu qualifiées, isolées, souvent en situation monoparentale et/ou de précarité. Ce constat alarmant doit nous amener à sérieusement repenser l’accueil des petites filles handicapées dans les écoles et à offrir aux femmes handicapées des formations en adéquation avec la réalité du marché du travail.

 

Quelles sont pour vous les clés du succès du recrutement d’une personne en situation de handicap ?

E. B. : La première clé, c’est l’accompagnement, tant du demandeur d’emploi handicapé que de l’entreprise d’accueil. C’est ce que propose l’emploi accompagné, qui est un concept novateur déjà mis en place par LADAPT dans sept régions de France. Il s’agit d’un accord tripartite passé entre le travailleur handicapé, l’employeur et un organisme gestionnaire (LADAPT ou autre association). Ce dernier met alors à disposition un conseiller dont la tâche est d’anticiper et d’éviter toutes les situations de tension ou d’incompréhension qui peuvent survenir au travail (un changement de local, le rachat de l’entreprise, etc.). L’engagement de l’entreprise est aussi déterminant. Si le dirigeant fait de l’intégration des personnes handicapées un vrai sujet, une partie prenante de sa politique interne, le handicap n’est plus un frein pour le recrutement mais un objectif et cela change tout. Le nombre de personnes en situation de handicap va alors bien au-delà des 6 % obligatoires et leur mobilité au sein de l’entreprise s’accroît naturellement.

 

Quels sont les principaux acteurs institutionnels vers lesquels peuvent se tourner les candidats en situation de handicap et leurs recruteurs ?

E. B. : Les demandeurs d’emploi handicapés peuvent faire appel au Pôle emploi ou à son partenaire Cap emploi, spécialisé dans l’accompagnement de personnes handicapées. L’Association de gestion du fonds pour l’insertion des personnes handicapées (Agefiph) diffuse aussi des offres de poste et des informations sur les dispositifs de formation, ainsi que le Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP). Ces deux organisations sont par ailleurs partie prenante du dispositif d’emploi accompagné.

 

En savoir plus :

  • Amélie Padioleau
  • Crédit photo : Getty Images - Photo portrait : DR

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Glossaire