Rénovation énergétique : comment lancer son projet ?

mis en ligne le :

Sur le papier, la rénovation énergétique a tout bon. Elle permet de vivre dans un logement plus confortable, de réaliser des économies sur ses factures d'énergie, de limiter son impact environnemental, mais aussi d'augmenter la valeur de son bien. En pratique, c'est plus compliqué ! Voici quelques questions à se poser avant de lancer dans son projet.

Rénovation énergétique

Où obtenir des conseils personnalisés ?

Artisans, cabinets spécialisés, experts autoproclamés… Nombreux sont ceux qui prétendent conseiller les propriétaires sur les travaux à réaliser. Mais tous ne sont pas désintéressés, et il est difficile de s’assurer de leur réelle compétence…

Depuis 2018, le gouvernement et l’Ademe (Agence de la transition écologique) ont lancé FAIRE, le service public d’information et de conseil sur la rénovation énergétique de l’habitat. Il regroupe près de 400 espaces conseil sur l’ensemble du territoire, qui délivrent des conseils gratuits, neutres et indépendants. « La plupart ont beaucoup d’expérience, car ils faisaient déjà partie du réseau des Espaces info énergie, créé en 2001 et à partir duquel FAIRE a été constitué », précise Nadia Kaminsky, coordinatrice de l’association Énergies solidaires, relais local de FAIRE dans le nord des Yvelines.

Vous envisagez de changer votre chaudière ? Vous voulez faire baisser vos consommations d’énergie ? L’isolation thermique par l’extérieur vous intéresse ? « Le service est accessible quel que soit le degré d’avancement du projet, souligne Vincent Levistre, coordinateur du pôle précarité énergétique d’Énergies solidaires. Nous accompagnons les ménages pas à pas dans leurs démarches, sur la partie technique comme sur la réglementation ou le financement. »

Comment trouver des prestataires de confiance ?

Certaines entreprises peu scrupuleuses n’hésitent pas à profiter de l’engouement pour la rénovation énergétique de l’habitat : labels mensongers, pratiques commerciales trompeuses, crédits camouflés, installations défectueuses… En complément des contrôles, l’État a mis en place le label RGE, pour « reconnu garant de l’environnement ». Recensés sur un annuaire officiel, les professionnels RGE suivent une formation et s’engagent à respecter une charte de qualité. « Il ne faut pas hésiter à demander la copie du certificat de qualification », conseille Vincent Levistre.

La mention RGE est valable pour quatre ans, renouvelable tous les ans après contrôle. Elle doit être en cours de validité au moment des travaux. Le document mentionne également les champs d’intervention et de compétences du professionnel : une entreprise qualifiée en ventilation mécanique n’est pas censée se prononcer sur les travaux d’isolation ou la production d’eau chaude. D’une manière générale, il convient de se méfier des solutions miracles et de toujours demander plusieurs devis pour comparer les offres.
À noter enfin : le démarchage téléphonique est interdit dans le secteur de la rénovation énergétique depuis la loi du 24 juillet 2020.

Par quoi commencer la rénovation énergétique de son logement ?

Le saviez-vous ? 30 % de la chaleur domestique d’une maison s’échappe par la toiture. Viennent ensuite les murs (20 %), les fuites liées à la ventilation, la hotte ou encore la cheminée (20 %), les portes et les vitrages (15 %), les planchers bas (10 %) et enfin les ponts thermiques, ces zones discontinues entre les matériaux (5 %). Inutile, donc, de remplacer sa chaudière au fioul par un système de chauffage plus performant, si la chaleur fuit par les combles. La priorité ? L’isolation thermique.

« Tous les bâtiments sont différents, mais pour que l’investissement soit rentable, le principe reste toujours le même : d’abord réduire les besoins de l’enveloppe, ensuite équiper l’intérieur », explique Vincent Levistre. Les plans, le diagnostic de performance énergétique ou encore les factures d’énergie, permettent de bien connaître le bâtiment pour identifier le besoin. « À partir de là, on établit un programme de travaux, qui pourra être réalisé en une ou plusieurs étapes. »

Comment obtenir des aides financières ?

Lancé en janvier 2020, le dispositif MaPrimeRenov’ connaît un succès important. Initialement destiné aux ménages modestes, il est désormais ouvert à tous les propriétaires (occupants ou bailleurs) et à toutes les copropriétés (pour les travaux dans les parties communes). Il permet de financer des travaux d’isolation, de chauffage, de ventilation ou d’audit énergétique. Attention, pour en bénéficier, le chantier doit impérativement être exécuté par une entreprise labellisée RGE. Et ce n’est pas la seule subtilité…

« Il existe en fait une multitude d’aides au financement, qui répondent toutes à des critères différents : certificats d’économies d’énergie, éco-prêt à taux zéro (Ptz), exonération de taxe foncière, aides des caisses de retraite… Certaines sont cumulables, d’autres pas. Le montage d’un projet requiert une véritable ingénierie financière », avertit Vincent Levistre. Un guide de l’Ademe et un simulateur donnent un premier aperçu (éligibilité, montants maximums, conditions de ressources…). Pour un conseil plus pointu, l’expertise des conseillers FAIRE peut là encore s’avérer très utile.

À savoir également : les associations de consommateurs alertent régulièrement sur le délai de versement des aides, qui peut atteindre plusieurs mois, au risque de fragiliser le budget des ménages.

  • Clémence Dellangnol
  • Crédit photo : Getty Images

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.