Logo Essentiel Santé Magazine
Le congé paternité en pratique

Le congé paternité en pratique

Pour la naissance de leur enfant ou de celui de leur compagne, les salariés ont droit à des congés spéciaux, notamment au congé de paternité.

Si vous êtes salarié du secteur privé* et que votre partenaire (épouse, concubine…) vient d’accoucher, vous avez droit à trois jours de congé de naissance, même si vous n’êtes pas le père et si vous êtes une femme. Il s’agit de jours ouvrables (les dimanches et jours fériés ne sont pas décomptés du congé). Et cela ne change rien à votre rémunération : vous continuez à percevoir votre salaire comme si vous travailliez. Le congé doit être pris au moment de la naissance, mais pas nécessairement le jour même. Vous devez fournir à votre employeur un document justificatif de la naissance.

*Les demandeurs d’emploi, les agents publics et les indépendants peuvent aussi avoir accès à des congés en cas de naissance au sein de leur foyer, sous d’autres conditions.

 

Important : les accords et conventions signés à l’échelle de votre entreprise ou de votre secteur peuvent prévoir des dispositions plus favorables que celles prévues par la loi, exposées dans cet article. Par exemple : un congé plus long, le maintien intégral de votre salaire… Renseignez-vous auprès de vos représentants du personnel ou de votre employeur.

 

Qui peut bénéficier du congé de paternité ?

Vous avez également droit à un congé de paternité et d’accueil de l’enfant. Il dure onze jours calendaires (jours fériés et week-end inclus) ou dix-huit jours pour des jumeaux, des triplés… Il doit être pris en une seule fois, dans les quatre mois suivant la naissance de l’enfant. Sachant que l’échéance peut être reportée si ce dernier est hospitalisé.

Pour ce congé, il faut informer votre employeur de votre absence au moins un mois en avance. Et prévenir votre caisse primaire d’Assurance maladie (CPAM), en lui fournissant un document attestant de la naissance (acte de naissance, livret de famille…).

 

Quelle indemnisation ?

Le congé de paternité et d’accueil de l’enfant est indemnisé par votre CPAM. Vous pouvez simuler le montant de vos allocations en ligne. Si vous gagnez habituellement 1 800 euros bruts par mois, vous devriez recevoir 43,62 euros nets par jour, soit 479,82 euros pour onze jours. L’indemnité journalière est plafonnée : elle ne peut dépasser 80,23 euros nets (882,53 euros pour onze jours).

Attention, si vous travaillez de manière discontinue, l’indemnisation de votre congé de paternité et d’accueil de l’enfant n’est pas garantie.

Une fois le congé de paternité et d’accueil de l’enfant terminé, vous reprenez votre emploi ou un poste similaire, sans perte de rémunération.

 

À savoir : En cas d’adoption, des congés sont également prévus.

  • Aurélia Descamps
  • Crédit photo : monkeybusinessimages / Getty

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Glossaire