Avec les P’tits doudous, Nolwenn Febvre redonne le sourire aux enfants à l’hôpital

mis en ligne le :

Le premier épisode de notre podcast Les Nouvelles Voix de la Solidarité est consacré à Nolwenn Febvre. Cette infirmière-anesthésiste du CHU de Rennes a créé l’association les P’tits doudous en 2011. Avec un objectif : rendre plus supportable le séjour des enfants hospitalisés. Découvrez son témoignage.

Portrait Nolwenn Febvre

Infirmière-anesthésiste à Rennes, Nolwenn Febvre commençait à ne plus aimer son travail. Elle ne supportait plus les pleurs des enfants hospitalisés dans son service. Elle se posait même la question de changer de métier. Elle a alors pensé que leur offrir un doudou pourrait peut-être les apaiser un peu avant leur opération chirurgicale.

C’est de cette simple idée qu’est née, en 2011, l’association Les P’tits doudous qu’elle a créée avec deux autres soignants du CHU de Rennes. Cette association s’est donné pour objectif d’améliorer le bien-être des enfants opérés, en réduisant leur anxiété́. Ce qui facilite aussi le travail des professionnels de santé qui les prennent en charge.

Mais pour pouvoir acheter des doudous pour les enfants, encore fallait-il trouver des financements. Avec une collègue, Nolwenn Febvre a donc imaginé recycler et revendre une partie des composants du matériel à usage unique des salles d’opération. Car celui-ci contient souvent des métaux comme le cuivre, l’inox ou l’aluminium. Un moyen de faire un geste pour la planète par la même occasion.

Près de 100 associations Les P’tits doudous en France

Depuis 10 ans, l’association a fait du chemin. Pour aller plus loin qu’offrir une simple peluche aux enfants, Les P’tits doudous a développé, en 2014, le jeu interactif Le héros, c’est toi qui permet de mieux accompagner les enfants. Avec leur avatar, ces derniers doivent réaliser différentes épreuves sur leur tablette. Un véritable parcours de leur chambre au bloc opératoire, jusqu’à leur endormissement avant l’opération. Le jeu fait ainsi partie du soin en les préparant sereinement à l’anesthésie.

Au fil du temps, des associations se sont créées dans d’autres villes que Rennes. Dans toute la France, des professionnels de santé ont souhaité reproduire un modèle qui fonctionne. Il existe désormais près de 100 associations Les P’tits doudous, dont une en Belgique.

Et le réseau continue à œuvrer pour l’économie circulaire en triant toujours plus de matériaux. Environ 152 tonnes de métaux ont été recyclées en 2020, contre 21 tonnes en 2017.

Le jeu améliore la relation entre enfants et soignants à l’hôpital

Nolwenn Febvre partage aujourd’hui son temps entre l’hôpital, où elle continue de travailler, et la fédération d’associations Les P’tits doudous. Désormais, elle n’a plus envie de changer de travail et prend plaisir à exercer son métier d’infirmière-anesthésiste. « Avant, on passait notre temps à consoler les enfants ou à essayer de les endormir le plus vite possible. Aujourd’hui, c’est complètement une autre relation. Le jeu est un vrai moyen de communication. »

Elle est même surprise par l’effet que produit cette méthode chez certains enfants. « Un petit garçon est venu au bloc opératoire il n’y a pas longtemps et est reparti tout content. En allant chercher ses parents dans la salle d’attente, il leur a demandé s’il aurait le droit de revenir. J’ai trouvé ça assez dingue ! »

Notre podcast Les Nouvelles Voix de la Solidarité

visuel podcast

Essentiel Santé Magazine a eu envie de mettre en lumière des personnes qui s’engagent pour les autres. Le podcast Les Nouvelles Voix de la Solidarité donne ainsi la parole à des femmes qui se mobilisent à travers des actions concrètes et utiles à la société. Écoutez leur histoire !

  • Crédit photo : DR
Auteur article
Angélique Pineau-Hamaguchi

rédactrice en chef adjointe d’Essentiel Santé Magazine, spécialisée dans les sujets de société (environnement, économie sociale et solidaire…).

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.