Covid-19 : quelles mesures sanitaires pour la rentrée scolaire ?

mis en ligne le :

La pandémie de coronavirus n’est malheureusement pas encore derrière nous et les vagues successives invitent à la plus grande vigilance. Plusieurs scénarios ont donc été prévus pour sécuriser le retour en classe. Revue de détails.

mesures sanitaires rentrée scolaire 2022

À quoi va ressembler la rentrée scolaire ? Avec les vagues successives, la question est dans toutes les têtes. Pour le ministère de l’Education nationale et de la Jeunesse, la stratégie est claire : il s’agit d’assurer « un enseignement en présence, pour la réussite et le bien-être des élèves, tout en limitant la circulation du virus au sein des écoles et établissements scolaires. »

En lien avec les autorités sanitaires, une graduation comportant un « socle de mesures » et trois niveaux de protocole (vert, orange et rouge) a ainsi été mis en place. A noter que le passage d’un niveau à un autre sera décidé par les autorités nationales et pourra concerner tout ou partie du territoire. Au regard de la situation sanitaire, c’est le niveau « socle » qui est retenu pour cette rentrée avec les cours en présentiel et pas de restriction pour les activités physiques et sportives.

Les gestes barrière toujours d’actualité

Ce niveau « socle » reprend les principes de précaution de base, notamment les gestes barrière : se laver régulièrement les mains, tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir, utiliser des mouchoirs à usage unique, saluer sans serrer la main et éviter les embrassades, porter un masque dès 6 ans dans les situations à risque (symptômes, contacts à risque, retour d’isolement) et aérer les pièces le plus souvent possible (au minimum 10 minutes toutes les heures).

En fonction du niveau de protocole, ces règles générales sont ensuite adaptées afin de lutter contre la propagation de l’épidémie. « La détermination du niveau applicable s’appuie sur une analyse qualitative (nature et caractéristiques des variants) et quantitative (situation hospitalière notamment) de la situation », précise le site du ministère de l’Education nationale et de la jeunesse.

Aération des pièces renforcée dès le niveau 1

Ainsi, à partir du niveau 1 (vert), le lavage des mains est renforcé : celui-ci doit être réalisé à l’arrivée dans l’école, avant et après chaque repas, avant et après les récréations, après être allé aux toilettes et le soir avant de rentrer (ou dès l’arrivée au domicile).

L’aération des pièces – qui est « une des principales mesures collectives de réduction du risque de transmission du SARS-CoV-2 », rappelle le ministère – a également vocation à être plus importante dès le niveau 1 : les salles de classe ainsi que tous les autres locaux occupés durant la journée doivent être aérés au moins 15 minutes le matin avant l’arrivée des élèves, pendant chaque récréation, pendant les intercours, au moment du déjeuner et pendant le nettoyage des locaux. La désinfection des locaux et des équipements se doit d’être aussi plus minutieuse à partir du niveau 1.

Distanciation et limitation des brassages

Une attention particulière doit aussi être portée à la limitation du brassage entre groupes d’élèves. Au niveau 1 (vert), celle-ci n’est pas obligatoire mais les regroupements importants sont à éviter.

À compter du niveau 2 (orange), la distanciation physique est maintenue entre les élèves de groupes différents. Pour ce faire, l’arrivée dans l’établissement et le départ peuvent être étalés dans le temps.

Les déplacements des enfants doivent également être limités, organisés et encadrés. « Pour cette raison, il est recommandé d’attribuer une salle à chaque classe (en dehors des salles spécialisées et des ateliers) », détaille le ministère. Les récréations doivent être organisées par groupes. En cas de difficultés importantes d’organisation, « elles peuvent être remplacées par des temps de pause en classe. »

Des scénarios spécifiques pour la cantine

La restauration scolaire, qui « joue un rôle fondamental en revêtant des dimensions sociales et éducatives et en contribuant à la réussite des élèves », fait également l’objet de scénarios spécifiques. À partir du niveau 1, les plages horaires et le nombre de services sont adaptés de manière à limiter les flux et la densité d’occupation.

Au niveau 2, « la stabilité des groupes est recherchée et, dans la mesure du possible, les mêmes élèves déjeunent tous les jours à la même table dans le premier degré ». Au niveau 3, en plus de cette organisation, « une distanciation d’au moins deux mètres » est requise entre élèves de classes différentes.

À compter du niveau 2 (orange), lorsque l’étalement des plages horaires ou l’organisation de plusieurs services ne permettent pas de respecter la limitation du brassage entre groupes d’élèves, il est possible d’utiliser d’autres espaces (salles des fêtes, gymnases, etc.) pour déjeuner. En dernier recours, des repas à emporter peuvent être proposés.

Pas de règle particulière pour le port du masque

En ce qui concerne le port du masque, les règles applicables à l’école seront les mêmes que celles imposées sur l’ensemble du territoire par les pouvoirs publics (aucune différenciation n’est prévue en fonction des niveaux de protocole). « Des mesures locales peuvent être prises par les autorités préfectorales, elles peuvent concerner l’espace scolaire », précise toutefois le ministère de l’Éducation nationale et de la jeunesse.

Pour ce qui est des activités physiques et sportives, des restrictions s’imposent à partir du niveau 2 : ainsi, en intérieur, une distanciation « adaptée » doit être respectée. Au niveau 3, en intérieur, seules « les activités de basse intensité compatibles avec une distanciation sont permises ».

Rôle important des parents

Les autorités rappellent également que les parents ont un rôle important à jouer, que ce soit en matière de respect des gestes barrières (explications, fourniture de mouchoirs en papier jetables…) ou de surveillance d’éventuels symptômes (la température doit être inférieure à 38 °C) chez leur enfant avant qu’il ne parte à l’école, au collège ou au lycée.

Enfin, si les cours en présentiel restent la norme, une « hybridation selon le contexte local » est prévue, au lycée, au niveau 3, en particulier lorsque la configuration de l’établissement ne permet pas d’appliquer correctement les mesures sanitaires.

  • Crédit photo : Getty Images
Auteur article
Natacha Czerwinski

journaliste spécialisée dans les sujets de société (éducation, famille, environnement, initiatives positives...).

Aucun commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.